Un élan pour Tiznit…

Voilà de nombreuses années que Benaïssa Benahmed, organise, avec le soutien de bon nombre de ses amis du corps médical ou pas, des collectes de médicaments comme d’équipements divers : sièges pour personnes handicapées, générateurs de dialyses, tables d’opérations, ambulances etc…

 
Le tout sera destiné à compléter l’équipement des hôpitaux ou assimilés, du Royaume du Maroc voire même à générer la création de petits dispensaires autonomes pour assurer les premiers soins.

 


Pourtant, ce 6 mars 2009, ce voyage programmé de longue date, avait une couleur bien particulière car pour la première fois, sous la haute autorité du Monsieur Abdellah Bidoud, Consul Général du Maroc à Toulouse, un groupe de médecins de notre région était invité à se rendre, sur l’une de ces villes test du Sud Marocain. D’aller à la rencontre de leurs homologues de la ville de Tiznit, située à 80 km au sud d’Agadir, ceci afin d’évaluer les besoins précis, mais surtout pour échanger, partager des savoirs, se former et s’informer mutuellement… Simplement apprendre à mieux se connaître pour conjuguer ensemble l’avenir dans une belle harmonie d’échanges professionnels comme de valeurs humaines.

 

Le Maroc en constant progrès

Des rencontres particulièrement formatrices qui allaient permettre à ces professionnels français de mesurer les efforts et progrès accomplis par le Royaume du Maroc dans le domaine si difficile de la santé. Notamment avec la signature de Conventions internationales encourageant la mise en place de programmes importants d’accès aux soins pour tous et plus particulièrement dans le cadre des droits de l’Enfant comme ceux de la Femme qui sont ici intimement liés et permettent de pérenniser, toujours plus, un mieux vivre partagé.  

 


Oui, le Maroc a réalisé des progrès importants dans le secteur de la santé et devient même une référence en la matière avec une espérance de vie qui approche, en 2008, les 74 ans pour les femmes et les 70 ans pour les hommes. A titre de comparaison, à l’heure actuelle en France, les femmes vivent près de 80 ans et les hommes près de 75 ans. N’oublions pas non plus qu’au Maroc, le taux de couverture vaccinale dépasse depuis plus de quinze ans, les 93 % ; que la couverture de la population par l’assurance maladie est obligatoire pour tous, depuis août 2005. Autre chiffre relevé et particulièrement significatif, celui l’indice de fécondité par femme, entre 17 et 50 ans, qui est aujourd’hui de 2,5 enfants, contre 1,9 enfant en France.

 


En fait, ce n’est pas un hasard, si dans bon nombre de domaines et particulièrement celui de la santé, le Maroc est montré comme un modèle à suivre. Tout particulièrement par l’OMS qui, sous la haute autorité de son Altesse Royale, la Princesse Lalla Salma, a désigné le Maroc comme le pays idéal pour la création d’une zone de démonstration pour la mise en œuvre de programmes nationaux de lutte contre le cancer. Un fléau qui concerne tous les pays et affecte, de par le monde, plus de 10 millions de personnes. Rappelons aussi que la région de la Méditerranée Orientale pourrait enregistrer, ces 20 prochaines années, 180 % d’augmentation des cas de cancer.

 

Un partenariat nécessaire

Bien entendu, tout n’est pas idyllique comme le relèvera la délégation toulousaine composée de médecins et spécialistes comme Geneviève Decourt (gynécologue), Marc Perrucho (gériatre), Christian Pinar (chirurgien-dentiste), Maurice Delpont (cardiologue) et Toufik Bouchema (médecine générale et rééducation). Mais, elle aura su mettre à profit ces quelques jours pour, en accord avec ses homologues marocains, s’engager à pérenniser, à travers la création d’une association “Santé Toulouse Tiznit” une collaboration professionnelle partagée. Une association qui aura pour objet la programmation de rencontres interactives, entre les deux villes avec une volonté de mise en place, ces prochains jours, d’outils d’information qui faciliteront les échanges, les conseils et même les formations à distance… 

 


Oui, cette première mission “Santé Toulouse Tiznit” est appelée à encourager obligatoirement, entre les deux villes, d’autres partenariats, tant les intérêts des deux régions, des deux pays, sont communs.

Elodie Gallego


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.