Un budget 2013 «maîtrisé ?»

Vendredi, le conseil municipal de Toulouse a adopté le budget primitif 2013. En propos liminaires, le cas BHNS s’est invité dans la discussion.

«Ce budget met en œuvre les réalisations prévues dans notre programme. Il s’inscrit dans la continuité.» Vendredi dernier en conseil municipal, Pierre Cohen a rappelé les «engagements et priorités» de la majorité qui «rendent compte de ce budget 2013» dont les dépenses d’investissements sont en progression de 15% soit 180 millions d’euros. «Comme l’année dernière, nous n’augmentons pas les taux d’impôts, la seule hausse étant liée à celle des bases décidée par le législateur et qui correspond au coût de la vie» s’est exprimé le maire de Toulouse. Progressent aussi les dépenses de fonctionnement (+2.9% soit 584.6 millions d’euros) pour des recettes qui s’élèvent elles à 615.3 millions d’euros (+3.1%) et un emprunt qui s’établit à 109.5 millions d’euros. « Nous avons fait des choix pour des secteurs, la petite enfance, l’éducation, la tranquillité, la culture, la démocratie, qui ont été les créateurs d’emplois des quatre dernières années» explique Pierre Cohen. Pour répondre à la critique sur les 369 emplois qui auraient été

créés depuis 2008 dans ces différents domaines, le maire de Toulouse répond que «322 l’ont été sur la seule année 2007 par nos prédécesseurs.»

Un budget de « précampagne»

De son côté, Toulouse Métropole d’Europe dénonce un budget «de précampagne» et vote contre. «Il faut contenir réellement nos dépenses de fonctionnement pour investir davantage » déclare François Chollet, qui reformule la proposition de son groupe «d’émettre un emprunt populaire qui permettrait aux Toulousains de donner du sens à leur épargne et à la Ville de verser des intérêts d’emprunt aux Toulousains plutôt qu’aux banques.» Pour Jean-Luc Moudenc, la ville se trouve dans un «piètre état» : «l’autofinancement s’écroule : 10 millions d’euros de moins chaque année. L’investissement est plus faible qu’avant : tous les ans 15 à 20 millions d’euros de moins qu’en 2007. » s’insurge le Président de Toulouse pour tous qui ajoute : « le Maire est le capitaine d’un bateau, on ne sait pas s’il s’agit d’un pédalo ou du Titanic : taxe d’habitation et taxe foncière : + 2,6 % en 2013, +3,9 % pour les dépenses de personnel qui représentent 57,1 % des dépenses de fonctionnement.. Et pour corser le tout, 110 millions d’euros d’emprunts.» La «minorité municipale» quant à elle, fait le choix de l’abstention sur ce budget 2013. Jean-Luc Lagleize (groupe des Elus Démocrates et Républicains) s’en explique : «La brochure est jolie mais la forme ne doit pas cacher le fonds».

 

Claire Manaud

 

Sur le BHNS

En propos liminaires de ce conseil municipal, le groupe d’opposition Toulouse pour tous est revenu sur l’affaire du BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) qui agite le quartier de Lardenne : «Développer les transports en commun est une nécessité» a déclaré Jean-Luc Moudenc, « mais nous vous suggérons d’ouvrir la discussion vers d’autres alternatives, comme le rabattement de la ligne A du métro au niveau de Basso Cambo. Ce BHNS va bien au-delà de Lardenne. Vous voulez le faire pénétrer dans le centre-ville et je crains que les oppositions ne grandissent et paralysent tout projet.»

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.