Un 1er juin dans la rue: La gauche de la gauche hausse le ton

Le mot d’ordre est lancé. « Contre l’austérité, contre la finance, pour la sixième république», tel sera donc le slogan principal de la manifestation du 1er juin prochain initié par le Front de Gauche. Il est donc désormais clair que le gouvernement Ayrault doit faire face à la grogne venue de son propre camp. La preuve en est la liste des participants annoncée : les leaders écologistes François Simon (vice-président du Conseil Régional) et Patrick Jimena (conseiller général), mais aussi les socialistes dissidents de Colomiers regroupés autour de François Dumas, seront présents au sein des manifestants. Cette mobilisation devrait être largement relayée nationalement puisque Jean-Luc Mélenchon sera lui aussi de la partie. Une présence qui démontre l’intérêt que porte le leader du « Front de Gauche » à Toulouse… Comme un clin d’œil aux velléités de certains de ses amis (Jean-Christophe Sellin, Myriam Martin) à se présenter en autonomie du PS au premier tour des futures municipales (voir notre dossier pages 10 et 11.) Marie-Pierre Vieu, la présidente du groupe Front de Gauche à la région, fera également partie du cortège…

Autant donc dire que c’est toute une partie du peuple de gauche qui souhaite marquer sa différence avec les politiques mises en place, mais aussi vis-à-vis de celles qui pourraient être annoncées dans les semaines à venir : « Dans cette manifestation la question des retraites devrait s’inviter» prévient Rémi Vincent, secrétaire départemental du Parti de Gauche. Le Front de Gauche annonce donc la couleur… Il n’est pas question pour lui que l’on touche à la retraite à 60 ans. Pourtant, lors de sa conférence de presse du 16 mai dernier, François Hollande a bien annoncé que la question des retraites allait de nouveau être posée sur la table. Il a même annoncé l’allongement de la durée de cotisation… Si tout le monde semble d’accord sur le diagnostic d’une crise sans précédent, la gauche (comme la droite d’ailleurs) semble pour le moment incapable d’y apporter un remède commun. La gauche de la gauche se donne donc rendez-vous le 1er juin à 13 heures place Esquirol pour faire entendre cette autre voix… « A partir de 5000 personnes, nous aurons réussi notre coup » souligne Rémi Vincent. Celle d’une gauche qui ne sacrifiera pas le social sur l’autel de la finance.

Thomas Simonian

 

Les syndicats présents

Les partis politiques ne seront pas les seuls présents à cette manifestation. Certains syndicats tels Sud et Solidaires ont déjà confirmé leurs participations. D’autres devraient suivre … Les organisateurs auraient par ailleurs proposé à des salariés en danger (Sanofi, Pilpa etc.) d’ouvrir le défilé.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.