Transport ; Le tramway coince à Toulouse

Les associations pour personnes handicapées se plaignent du nouveau tramway à Toulouse. Alors qu’il rentre tout juste en fonction, les premiers problèmes se font entendre. Trois associations sont venues représenter le CIAH 31 (Le Collectif Inter Associatif Handicaps) et ont exposé leur problème le vendredi 11 février aux Arènes. Odile Maurin, présidente de l’association Handi-Social, nous explique le pourquoi de leur manifestation.

 
Le tramway commence à peine à flâner dans la Ville rose que certaines contrariétés sont déjà évoquées. En tout, trois associations, représentant les vingt-quatre associations du CIAH 31 se sont retrouvées le vendredi 11 février à la station métro des Arènes pour expliquer leurs mécontentements. Odile Maurin, présidente de l’association Handi-Social, se manifeste : «Nous reprochons principalement les espaces trop imposants entre la rame et le quai. Ils sont de 5 cm au niveau des portes du milieu, spécialisées pour les personnes à mobilité réduite, c’est-à-dire au maximum des normes requises par la loi. Mais des études ont prouvé que des accidents étaient possibles au-delà de 2 cm !». Cette distance engendre diverses complications. Les roues peuvent se bloquer (aussi bien celles d’un fauteuil roulant que d’une poussette), une canne peut passer au travers ainsi que des talons et des béquilles. «Ce qui nous contrarie, c’est qu’en juin 2007, après avoir vivement insisté, nous avions pu aller voir la maquette du tram sur la place du capitole. À cette époque, l’espace entre le quai et la rame indiquait deux centimètres. On leur a fait confiance et lorsqu’on a constaté qu’ils ne s’étaient pas tenus à leurs dires, c’était une dizaine de jours avant la mise en fonction officielle. Il était trop tard !». Et comme bien souvent, un problème ne vient jamais seul…

 

Un manque de communication

Il faut le savoir, cette fois-ci au niveau des portes extérieures (aux extrémités des rames), l’espace entre le quai et la rame est de 8 cm. Ce qui représente un réel danger pour les personnes ayant des problèmes de déplacement. «Rien ne nous le signale. Il y a juste un autocollant au niveau des portes du milieu pour signaler qu’elles sont spécialisées pour les personnes handicapées. Mais un aveugle ne risque pas de le voir ! On se demande pourquoi ils n’ont pas tout mis à 5 cm !» s’indigne Odile. Un problème qui ne se retrouve pas dans les autres grandes villes des alentours. «À Bordeaux, les espaces ne font pas de plus de 2 voire 3 cm ! On se dit que si d’autres communes sont capables de le faire, alors Toulouse le peut également !». Mais se faire entendre n’est pas chose simple. «On aimerait que Pierre Cohen (maire de Toulouse, ndlr) nous reçoive. On a déjà vu Gérard André (président du conseil d’administration de la régie des transports Tisséo, ndlr) et Joël Carreiras (Président de la SMAT, ndlr), mais cela n’a rien donné…» Ces associations souhaitent désormais que le rallongement de la ligne du tramway soit aux normes et qu’il y ait une réelle amélioration pour le quotidien des personnes à mobilité réduite. Odile affirme qu’«il ne faut pas répéter ce qui s’est fait aujourd’hui.»

Céline Galbrun


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.