Toulouse universitaire: Plus de 100 000 étudiants pour la ville rose

Il fait bon d’étudier dans la quatrième ville de France. Une situation géographique idéale, un choix de filières très large, une grande dynamique de recherche sont autant d’atouts pour le rayonnement de la ville rose. Et les étudiants qui ont participé à l’établissement du classement des universités françaises pour le magazine L’Etudiant ne s’y sont pas trompés en plaçant Toulouse sur la première marche du podium. Un choix effectué sur la base de 37 critères répartis sur 9 thèmes (choix de filières, logement, rayonnement international, emploi, culture, sorties, sport, environnement et transports) pour déterminer le grand gagnant. Toulouse était déjà, l’an passé, sur le podium de ce classement à la troisième place.

Avec près de 100 000 étudiants inscrits à la dernière rentrée, Toulouse est un des pôles  universitaires les plus importants en France mais aussi en Europe tant par le nombre d’étudiants que par la variété des filières enseignées. Depuis 1229, la capitale de Midi-Pyrénées est une ville universitaire et au fil du temps, la tradition se poursuit, s’étoffe.

Avec ses trois universités, Toulouse I L’Arsenal (Droit, Economie, Gestion), Toulouse II Le Mirail (Arts, Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sciences Sociales, Sciences, Technologie, Santé, Formation des enseignants) et Toulouse III Paul Sabatier, prix Nobel de chimie en 1912 (Sciences, Santé, Ingénierie, Technologies et Sport), sa quinzaine d’Instituts et écoles supérieures, ses quinze écoles Doctorales et plus de 350 laboratoires rattachés, la ville s’impose dans ce domaine par son degré d’excellence et son attractivité. 15% des étudiants inscrits dans les universités toulousaines sont de nationalité étrangère, les établissements favorisant les échanges à l’international, à l’exemple du dispositif Erasmus. Les liens avec des entreprises se développent, des partenariats public-privé se nouent sur de nombreux domaines comme l’aéronautique, le spatial, la robotique, la santé, l’agronomie, l’économie…

Les universités toulousaines alimentent des secteurs de pointe tant en science dure qu’en sciences humaines, le bouillonnement intellectuel est permanent et n’a pas fini de l’être avec l’annonce le mois dernier de la création à l’horizon 2014 d’un quatrième campus : le campus santé.

 

Marie-Agnes Espa

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.