Toulouse; Redynamiser le tourisme

La municipalité a voté la création d’une Société d’Economie Mixte locale destinée à développer le tourisme d’affaires à Toulouse et qui intégrera les activités de l’actuel Office de Tourisme.
«Toulouse souffre d’une insuffisance de visibilité et elle ne s’inscrit pas dans une compétition nationale et internationale en termes de tourisme d’affaires. La ville est largement en dessous de son rang.» Tel est le constat sans appel du maire Pierre Cohen concernant le tourisme dans la Ville rose qui a conduit le Conseil Municipal à voter la semaine dernière la création d’une SEM locale destinée à gérer les sites d’accueil des manifestations. Son capital sera détenu entre 51 et 85 % par les collectivités publiques dont la Ville et à hauteur de 15 % minimum par les partenaires privés.
«Le tourisme toulousain doit sortir de la gangue où il se trouve», soutient l’adjointe en charge du dossier Sonia Ruiz qui précise que «la taxe de séjour sera rétablie en accord avec les professionnels» afin de financer la SEM. Cette société devrait chapeauter les activités de l’actuel Office de Tourisme et intégrer un bureau des Congrès. Cette mesure devrait logiquement amener à la dissolution de l’association PromoToulouse qui regroupe environ 150 professionnels du tourisme d’affaires. Quant aux guides-conférenciers de l’association Arthémis, ils devraient selon Sonia Ruiz être récupérés par la nouvelle SEM.

 

Florence Baudis vote pour, Moudenc s’abstient

Pour l’opposition, le projet ne semble pas encore «abouti» et les questions sont nombreuses : «Que va devenir réellement l’Office de Tourisme ? Quel est le compte d’exploitation prévisionnel et l’engagement financier de la municipalité ?», s’interrogent le MoDem et le groupe Toulouse Pour Tous emmené par Jean-Luc Moudenc. «Ce qui est certain, c’est que le Parc des Expositions n’est pas capable de répondre aux enjeux actuels et que le Centre de Congrès Pierre Baudis est sous-dimensionné. Pour les modalités exactes de fonctionnement de la SEM, tout sera décidé lors du vote du budget 2009 en fin d’année», rétorque Pierre Cohen. La mise en place de cette SEM locale n’aura souffert que de sept abstentions dans les rangs de l’opposition dont celle de l’ancien maire. Plus surprenant, l’ancienne adjointe au tourisme Florence Baudis a quant à elle voté la proposition, «satisfaite des précisions apportées par la majorité» sur le sort des associations et de l’Office de Tourisme.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.