Toulouse Plages: Mieux maintenant ou avant ?

Depuis neuf ans maintenant, neuf étés plus exactement, les Toulousains peuvent se rendre à Toulouse Plages. Le lieu de l’événement et le concept ont évolué depuis sa création. Mais qu’en pensent les Toulousains ?…

Toulouse Plages s’écrit dorénavant au pluriel. Depuis vendredi dernier, quatre sites sont investis par l’animation estivale : la Prairie des Filtres, le quai de la Daurade, le quai de l’Exil Républicain Espagnol et espace EDF Bazacle. Des changements il y en a eu depuis 2003. De déménagements en va-et-vient entre la Prairie des Filtres et l’île du Ramier, du sable et de l’eau, du sable sans l’eau, puis l’eau sans le sable… Aujourd’hui Toulouse Plages est une plage sans sable, une plage verte. D’un lieu de fête avec bars et soirées blanches, c’est aujourd’hui une attraction plus orientée enfants et familles. Toutefois quelques éléments ont perduré avec le temps : la gratuité de la plus grande partie des activités, la proximité avec la Garonne (les sites de Sesquières et la Ramée avaient été envisagés à un moment), les transats, la place du sport… Pour André, qui vit à proximité de la Prairie des Filtres, l’inquiétude du retour de la plage en 2009 était vive, «s’il fait bon vivre par ici, l’été c’est l’enfer, on a déjà Rio Loco, les siestes électroniques, les quelques bars du coin, les tam tam la nuit… Mais finalement ça va, on a des cris et des rires d’enfants dans la journée, c’est bien, et on peut jouer à la pétanque le soir alors que demander de plus !»

 Une plage dans le cœur des Toulousains

 

Il est vrai que la Prairie des Filtres ferme ses portes à 21h30, le quai de la Daurade où sont organisés des bals à 19h30 voire 20h les dimanches après le bal salsa. Sabrina, 32 ans, regrette un peu les premières années : «En sortant du boulot, j’allais directement à la plage, prendre un verre les pieds dans le sable, retrouver des amis ou rencontrer des gens. En fonction de l’ambiance, je restais pour la soirée, c’était vraiment très sympa, dépaysant, le vrai club de plage sans l’heure et demie de route !». La population toulousaine est plutôt jeune, de par sa qualité de ville étudiante, le côté festif était très attractif pour la jeunesse même si les tarifs pratiqués étaient souvent décriés. Autre point très discuté : la présence de sable. Les tonnes qui avaient été déversées à la Prairie des Filtres auraient endommagé l’espace vert qui aurait eu besoin de plusieurs mois pour récupérer son visage initial. Reste la question financière, l’opération est-elle aujourd’hui rentable a minima ou coûte-t-elle de l’argent au contribuable toulousain ? Le mot de la fin est pour Benoît, 41 ans, pour qui Toulouse Plages occupe une place privilégiée dans sa vie : «J’ai rencontré mon épouse à Toulouse Plages en 2004 lors d’une soirée et aujourd’hui, je viens passer mes fins d’après-midi avec mes enfants au bac à sable. C’est un endroit important pour moi, synonyme de moments heureux». Comme quoi Toulouse Plages a bien une place dans le cœur des Toulousains, sous quelque forme qu’elle prenne.

Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.