Toulouse Plages; « L’occasion d’une reprise en main »

C’est un peu l’arbre qui cache la forêt. Les problèmes d’hygiène et de sécurité dénoncés par les associations de riverains à l’occasion de l’installation de Toulouse Plages sur les quais de la Daurade, sont en réalité permanents. Comme l’indique Maître Thierry Viala, Président de Mieux Vivre à Saint Cyprien, l’une des associations faisant partie du comité de suivi qui se réunira à nouveau le 26 août prochain.

 
Maître Viala, vous dénoncez sur les quais de la Daurade, un problème de sécurité et d’hygiène…
Oui nous constatons que Toulouse Plages se passe plutôt bien à la Prairie des Filtres, l’ambiance y est familiale, alors que nous avons de gros soucis sur les quais de la Daurade : les bris de verre qui jonchent le sol, les chiens errants… Il y a ensuite les concerts qui drainent selon les chiffres de la mairie elle-même, 500 à 600 personnes. Nous avons donc posé le deuxième problème récurrent à cette manifestation : celui de l’hygiène. L’espace devient un grand urinoir.

Que préconisez-vous sur les quais ?
Si on répartit les nuisances dans la ville, ce qui est une bonne chose, il faut aussi mettre en œuvre des équipements adéquats. Si Toulouse Plages marche à la Prairie des Filtres, c’est parce qu’il y a des vigiles. Mettons les moyens en la matière sur les quais pour inviter à de nouveaux comportements. Et je pense que demain les meilleurs alliés seront les Toulousains eux-mêmes. Lorsqu’ils se seront réappropriés les lieux, ils ne supporteront plus les dégradations permanentes.

 

Tous ces problèmes sont-ils uniquement liés à Toulouse Plages ?
Non en effet, nous les constatons tout au long de l’année. J’observe assez régulièrement que les quais sont très sales, matins et soirs et souvent mal fréquentés. A telle enseigne que nombre de Toulousains, exaspérés, s’en détournent. Pourtant cet espace leur appartient. C’est l’un des rares dont ils peuvent profiter pour souffler et se remettre des pressions de la ville. Il faut le préserver, le sécuriser. C’est l’occasion d’une reprise en main à la faveur de Toulouse Plages.

La prochaine réunion du comité de suivi aura lieu le 26 août… Que peut-on d’ores et déjà en dire ?
Nous ferons à ce moment-là un point sur l’occupation de la Prairie des Filtres et de la Daurade. Nous voulons entrer dans une logique contractuelle avec la mairie dans l’intérêt des résidents, de l’environnement, de la sécurité des personnes et des matériels. Nous voulons que les engagements soient respectés. Nous restons et resterons vigilants. Les riverains ont conscience du privilège d’habiter au cœur de ville mais ils ne veulent pas non plus de débordements permanents. Et j’ajoute qu’au-delà de ces associations, l’avenir de la Prairie des Filtres et des quais de la Daurade est une problématique pour tous les Toulousains.

Propos recueillis
par Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.