Toulouse Plages ; Bilan mitigé

Avec près de 160 000 visiteurs durant tout l’été, soit le double de l’an passé, Toulouse Plages est une grande réussite en termes de fréquentation. Ce boom des entrées est certainement dû à l’installation cette année de deux sites : Prairie des Filtres et Quai de la Daurade. Et pour le premier, une fois n’est pas coutume, les associations de riverains ne cachent pas leur satisfaction : «Tout s’est bien passé Prairie des Filtres, autant dans la forme que dans le fond car les associations ont été entendues et écoutées», estime Thierry Viala, président de Mieux Vivre à Saint-Cyprien à l’issue de la dernière réunion du comité de suivi mis en place par la mairie de Toulouse.

 
Par contre, la manifestation Quai de la Daurade reste le gros point noir de l’été pour «sa gestion, surtout le soir et les week-ends. Les Toulousains n’ont pas pu se promener sereinement. Le Cours Dillon est le lieu d’un trafic de drogue. Nous avons proposé une présence plus soutenue de la police municipale avec un système de rondes mais les réponses de la mairie sont insuffisantes. Il faut une dynamique de reconquête du territoire. Mais nous sommes dans dialogue de sourds car la municipalité estime qu’il s’agit du travail de la police nationale.»

 

Ce constat n’effraie pas pour autant Thierry Viala qui espère une pérennisation des échanges : «Nous apprécions l’ambiance familiale de Toulouse Plages et souhaitons un dialogue permanent avec la mairie. Il est question de contractualiser les échanges. Avec la politique de la Ville de démocratie de proximité, nous allons participer à toutes les réunions du secteur.» Et quels sont les enjeux du côté des riverains pour 2010 ? : «Il va y avoir un problème avec Rio Loco et les Siestes Electroniques qui ont vocation à quitter la Prairie des Filtres. Il faut partager les plaisirs mais aussi les nuisances. Pour la prochaine édition de Toulouse Plages, il faudra régler le problème des urinoirs Quai de la Daurade car il n’est pas normal de demander aux gens d’aller faire leurs besoins sur une péniche. La collecte des poubelles pose également problème. L’hygiène est l’un des objectifs. Quand la mairie prend la responsabilité d’amener du monde, elle doit assurer derrière.»

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.