TOULOUSE; « L’ATTIRANCE POLITIQUE »

Vous n’êtes pas sans avoir remarqué qu’un changement fondamental est apparu à Toulouse en politique. Je ne veux pas parler du résultat des municipales que tout le monde connaît, mais bien d’un changement à droite. Par le passé, même assez proche, la fédération UMP31 était négligée par les instances nationales. Certaines mauvaises langues attribuaient cette désaffection à la présence de Philippe Douste Blazy à la présidence, expliquant que Nicolas Sarkozy n’était pas dans des dispositions favorables vis-à-vis de lui.

D’autres arguaient que cette fédération était atypique et qu’elle ne ressemblait pas à la marche nationale de l’UMP. D’autres enfin avançaient que la «politique des copains» menée depuis plus de trente ans avait abouti à un endormissement total de cette fédération. On peut penser qu’il y a un peu de ces trois raisons. Il est évident que Nicolas Sarkozy a été très affecté des résultats de la Haute-Garonne aux présidentielles, et encore plus par ceux des législatives. Rappelons-nous, que dans notre département lors des élections présidentielles Ségolène Royal a réalisé l’un de ses meilleurs scores et qu’aux législatives, pour la première fois depuis trente ans, la droite n’a enregistré aucun député. La campagne des municipales n’a rien arrangé, le refus de recevoir quelque ténor que ce soit de la part de Jean Luc Moudenc, l’attentisme et même le désintérêt de la fédération pour ces élections et bien sûr la défaite à la clef. Tout cela a conduit à un remaniement déjà évoqué dans ces colonnes.

 


Un intérêt nouveau

Mais ce qui est remarquable à bien des titres c’est l’intérêt nouveau suscité par notre département pour tous les tenants de la politique nationale à l’UMP. Tout d’abord des nominations immédiatement venues de Paris pour faire suite à la défaite électorale. Nous n’avions pas observé cela depuis les lustres. Les copains d’antan ayant été mis aux oubliettes (pour combien de temps ?) car en même temps la présidence était offerte à Dominique Baudis dont tout le monde s’accorde à dire qu’il est rassembleur, mais dont tout le monde connaît les réseaux installés depuis plus de trente ans à Toulouse. La présence ensuite de Patrick Devedjian pour valider ces nominations, prompt à répondre à la presse, donnant même un direct aux informations régionales sur cette réunion des cadres de l’UMP. C’est par cette voie de presse qu’il a annoncé la nomination du président «en attendant des élections démocratiques» réclamées par tous les militants. Les visites ont ensuite continué à un rythme soutenu et continuent encore. La venue le week-end dernier à Toulouse de Xavier Bertrand, très haut placé dans la hiérarchie de l’UMP Nationale et dont l’attirance pour le poste de premier ministre n’est pas un secret, en compagnie de Nadine Morano, une des grandes voix de la campagne électorale présidentielle, n’est pas passée inaperçue. La raison officielle était bien sûr la conférence des familles et l’explication des nouvelles dispositions prises pour l’allocation rentrée scolaire. Xavier Bertrand a même lu un message du Président de la république aux familles. En voici le thème principal : «Le président salue “la contribution essentielle des familles à notre équilibre politique et social” et dit sa volonté “de conduire une politique familiale généreuse et adaptée à notre temps”.»

 

La colère de certains militants

Cela aurait pu s’arrêter là. Par le passé quand un ministre venait à Toulouse il était rare qu’il s’attarde avec les militants UMP. Là un apéritif a été organisé par la fédération pour ses militants ; la rencontre avec les deux ministres était indispensable. Il est vrai que X. Bertrand est aussi occupé à autre chose que les familles, avec le détricotage des 35 heures, qu’il réalise en bafouant les accords signés avec les syndicats et le patronat. Il a donc besoin d’expliquer, Toulouse étant toujours au hit parade des manifestations syndicales ou autres. Mais ce n’est pas terminé, Natalie Kosciusko Moriset vient à Toulouse ce jeudi 26 juin, avec à la clef pour les militants UMP un buffet campagnard. Ces militants ne doivent pas en revenir, tant ils étaient délaissés par le passé. Ils n’ont jamais été autant courtisés, cela cache certainement quelque chose. Peut-être que les élections internes tant demandées, et qui auront lieu en Novembre, font un peu peur. Certains militants ne cachent pas leur colère et comptent sur cette démocratie pour un véritable renouveau.
 
Une nomination étonnante

Pendant ce temps-là, Jean Luc Moudenc, perdant des municipales, vient d’être nommé par le conseil des ministres contrôleur financier auprès du ministère des finances. Cette nomination, étonnante après un tel échec, dans un domaine plutôt réservé aux Enarques, ce que n’est pas Monsieur Moudenc, a été très peu analysée par la presse. Comme s’il y avait un tabou à parler de ces nominations venant du gouvernement et dont Nicolas Sarkozy avait promis des contrôles par le Parlement (un vœu pieu peut-être). Cette nomination a redonné une impulsion à JL. Moudenc qui invite par voie de courrier relayé par les instances de l’UMP tous les militants qui l’ont soutenu aux municipales pour un rassemblement large, au-delà des partis, afin de préparer la prochaine échéance municipale. Outre le fait qu’il s’y prend très tôt, oubliant que d’autres échéances sont plus proches et plus importantes, il est étonnant de voir à quel point l’UMP 31, et ceux qui gravitent autour, retrouve dès qu’un ministre a le dos tourné ses vieux démons.

Patrick Crasnier

Radio plus Toulouse
www.jazzpote.net



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.