Tisséo; Le système « Plus »

Plus de métros, plus de bus, plus de tarification et plus de projets… La rentrée de Tisséo, partenaire des transports de l’agglomération toulousaine, s’annonce faste même si toutes les réponses annoncées à la problématique de la mobilité sont parfois ambitieuses.
La nouvelle municipalité n’avait pas chômé en organisant quelques semaines après son installation au Capitole les Assises de la Mobilité. A cette occasion, plus de 5 000 propositions avaient été formulées par les participants avec une volonté affichée d’obtenir toujours plus de services. Le président de Tisséo Stéphane Coppey a donc présenté cette semaine les grands axes de la rentrée pour les transports en commun : «2009 sera placée sous le signe de l’intermodalité avec une priorité donnée au ticket de transport unique pour l’ensemble des transports collectifs et, pourquoi pas, en y intégrant également les VélôToulouse.»
En attendant, Tisséo a déjà mis en place des services effectifs depuis le 1er septembre. Côté métro, la fréquence des rames augmente le week-end avec une attention particulière station Marengo où les rames de la ligne A passeront toutes les 2 min 30 entre 18h45 et 20h45 le dimanche. Cette mesure permettra d’endiguer le flux de passagers important en provenance de la gare Matabiau. Plus de métro mais également plus de bus avec la création de la ligne 88 entre l’Université Paul Sabatier et le CHR de Rangueil, de la ligne 25 entre l’aéroport et le centre de Blagnac, et des lignes 114 et 115 sur Borderouge et Pech David. Grande nouveauté de cette rentrée : le Transport À la Demande ou TAD. Cette nouvelle ligne 118 qui couvre Aussonne, Mondonville et Cornebarrieu, verra ses itinéraires organisés suivant les lieux de prise en charge pour une destination unique : la gare de Colomiers. «Cette ligne fonctionne sur un principe de réservation et il est possible que nous organisions des réunions publiques dans d’autres secteurs de l’agglomération afin d’étendre ce dispositif et de desservir ainsi des bassins d’emplois», a annoncé Stéphane Coppey.

 


Nouvelles tarifications

Autre priorité de Tisséo, la réflexion sur la tarification. L’abonnement Jeunes jusque-là réservé aux 16-25 ans est désormais étendu aux 4-15 ans pour 22 € par mois. Afin de concurrencer l’usage de la voiture, Tisséo propose un Ticket Tribu pour les familles ou les petits groupes de personnes, moins cher que le prix du stationnement en centre-ville. Il permet de réaliser 12 déplacements dans la journée pour 4,20 €. Le lancement de ce ticket est prévu les 20, 21 et 22 septembre prochains.
«Nous avons la volonté d’augmenter de 50 % la fréquentation des transports en commun d’ici 5 ans.» Pour ce faire, Stéphane Coppey prévoit des aménagements parallèles à l’augmentation des lignes et des fréquences. Ainsi, l’ouverture de parcs-vélos gratuits et sécurisés est prévue pour l’automne aux abords des stations Balma-Gramont et Argoulets avant une extension possible du procédé. Les Maisons de la Mobilité devraient être étendues à l’ensemble du Plan de Transport Urbain avec une volonté de prôner l’écomobilité.

 


1 milliard d’euros à rembourser

Toutes ces nouveautés ne sont que la première pierre d’un grand chantier que compte mener Tisséo dans la promotion des modes alternatifs de déplacements. Mais le grand frein à la locomotive Tisséo reste le financement qui pourrait être inférieur aux ambitions affichées. L’une des promesses de campagne de Pierre Cohen, à savoir la gratuité pour les moins de 26 ans, est pour l’instant au stade de l’étude : «La gratuité implique des contraintes techniques et financières. Elle s’inscrit dans une grande réflexion sur les collectivités territoriales : comment offrir des avantages aux administrés sans empiéter sur le territoire de l’autre ?», explique Stéphane Coppey. De son côté, Bernard Marquié, adjoint aux Déplacements de Pierre Cohen, reste ferme : «Cette promesse sera tenue par la municipalité.» Sous-entendu : la mairie financera le manque à gagner de Tisséo qui se situerait entre 12 et 20 millions d’euros par an.
En ce qui concerne le tramway, Stéphane Coppey a confirmé l’absence d’investissement de la part de l’Etat : «Nous attendions 12 millions d’euros, nous n’aurons rien. C’est pourquoi nous préparons une demande de subventions qui sera bouclée le 15 octobre en vue d’une extension de la Ligne E.» Celle-ci pourrait donc prendre en compte la proposition de la municipalité toulousaine d’une boucle Canal-Garonne mais également la possibilité d’antennes vers Montaudran-Saint-Orens et Tournefeuille-Plaisance-du-Touch. En sachant que la construction d’un tramway revient à 20 millions d’euros le kilomètre, le chemin semble encore long. D’autant plus que Tisséo n’a pas encore commencé à rembourser les frais de la Ligne B du métro qui s’élèvent à… 1 milliard d’euros. Malgré ces contraintes financières importantes et la nécessité de mettre à plat les souhaits de chaque collectivité (Tisséo voudrait augmenter leurs contributions de 100 millions d’euros par an), Stéphane Coppey reste confiant : «Un nouveau Plan de Déplacement Urbain sera effectif à l’automne 2009.»

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.