Tests sur les animaux: «Rat-le-bol»

Samedi et dimanche dernier s’est tenu, à différents endroits stratégiques du centre-ville de Toulouse, un appel à signature contre la vivisection. Il s’agit «d’une initiative mise en place par un groupe de scientifiques et de représentants d’associations de protection animale ayant pour but de recueillir un million de signatures dans toute l’Europe afin que le sujet soit débattu au parlement européen.»

Plusieurs associations se sont rassemblées ce week-end pour faire signer aux Toulousains une pétition d’envergure européenne contre la vivisection et la pratique de tests sur les animaux. Pro Anima, Mouvement pour la cause animale, Amnesty Animal mais aussi des militants «libres», ont mené cette campagne d’appel à signatures afin d’aboutir à une proposition de loi qui suggérerait des méthodes substitutives aux tests déjà effectués sur les animaux. Un million de signatures sont nécessaires afin de pouvoir porter le projet devant la Commission Européenne. «Juste pour la France il nous faudrait réunir 55000 signatures. On en est loin.» confie Nadia Lereuil, une militante qui a contribué à l’organisation du stand et de l’événement. «Il est important de montrer aux gens qu’il existe d’autres choses comme les méthodes substitutives.» explique-t-elle.

Le projet REACH a déjà été voté auparavant au Parlement Européen, mais «c’est de la poudre aux yeux !» dénonce Nadia. Ce projet de loi qui « visait à protéger la santé des consommateurs mais aussi l’environnement contre les risques liés à l’utilisation de milliers de produits chimiques » n’a pas réglé le problème de la vivisection, selon Claude Reiss, Président d’Antidote Europe, ancien directeur de recherches au CNRS. Il explique que plus d’une dizaine de milliers d’animaux meurt par an en laboratoire pour le test d’une seule substance. Les tests sur animaux ne concernent pas seulement des rongeurs (souris, rats, lapins) mais aussi des chats, des chiens (en particulier les Beagles) mais aussi les primates non humains (singes de toutes races), et d’autres. Ce regroupement d’associations européennes a jusqu’au 1er novembre prochain pour réunir le million de signatures nécessaires. Faute de quoi, ils ne pourront pas faire valoir leur revendication.

Leslie Salvat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.