Tempête Klaus ; Toulouse fait le bilan

Alors que les Toulousains constatent que le pire a été évité, la municipalité informe que la tempête ne sera pas classée “catastrophe naturelle”.

 
La tempête de ce weekend n’a pas épargnée la Ville rose : la Garonne est montée à 2,35 m et le vent a soufflé jusqu’à 150 km. Cependant, les prévisions de Météo France ont permis d’anticiper et de réagir à l’avance : le dispositif a été rapidement mis en place (dès 17h le vendredi). Les premiers arrêtés préfectoraux interdisant l’accès aux bois ont pu être signés dès 17h30. Le Préfet a activé le Centre Opérationnel Départemental (C.O.D.) le vendredi à 18h, réunissant les services de l’Etat. Le maire-adjoint à la sécurité Jean-Pierre Havrin s’est félicité du bon déroulement des actions : «Je tiens à signaler la réactivité des services de la mairie qui a permis d’éviter de nombreux accidents.»  
Les fortes pluies qui ont précédé la tempête ont entraîné la mise en place du Plan Inondation. La montée des eaux a nécessité l’évacuation du Quai de Tounis, la fermeture de la passerelle de l’Hôtel-Dieu et de toutes les portes étanches. Les SDF ont donc été reçus dans les centres d’accueil et dans les centres sportifs du Petit Capitole et du Ramier. Les accès au Casino Barrière ont été fermés vers 23h30 vendredi. La Garonne est toujours sous surveillance et se stabilise aux environs d’1.50 m.
L’heure est maintenant à l’évaluation des dommages. Les services de la mairie ont effectué  près de 220 interventions, principalement pour des chutes d’arbres. Les jardins restent fermés le temps d’être sécurisés car on estime qu’une centaine d’arbres est tombée. Toutes les écoles ont ré-ouvert en ce début de semaine et le groupe scolaire Anatole France devrait accueillir les enfants dès ce jeudi après une fermeture due à des problèmes d’électricité. Le toit du théâtre TNT est endommagé par la chute d’un arbre. Toutes les activités sportives du week-end ont été annulées et tous les marchés ont été fermés samedi.

 


Pas classée « catastrophe naturelle »

La police municipale est intervenue 38 fois sur le terrain (sécurisation de sites, arbres sur chaussée, interventions dans le cadre du Plan Inondation). En début de semaine, 15 000 foyers étaient toujours privés d’électricité. La situation devrait être rétablie d’ici la fin de semaine. Aucun blessé, signale Jean-Pierre Havrin, «grâce à une bonne communication très peu de gens sont sortis». La tempête a été beaucoup moins importante que dans les Landes ou en Gironde. Les effets ont été moindres par rapport aux risques annoncés. En conséquence, le service juridique de la mairie informe que la tempête ne sera pas classée “catastrophe naturelle” mais ses suites seront garanties par les compagnies d’assurance  sous la couverture du risque “incendie”.
Dans le prolongement des dégâts consécutifs à la tempête, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Garonne vient de mettre en place en liaison avec la préfecture, un numéro vert, le 0800 196 123, destiné à orienter les particuliers vers des artisans (maçons et couvreurs). Au niveau régional, Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a annoncé qu’il proposera à la commission permanente du Conseil Régional, réunie le 5 février prochain, de voter une aide d’urgence d’un million d’euros pour les communes qui ont subi des dommages sur le domaine public à l’occasion de ce week-end : «Nous le ferons selon les critères que nous nous sommes fixés depuis quelques années pour les cas de catastrophe naturelle. C’est la raison pour laquelle il est essentiel que le Gouvernement reconnaisse rapidement l’état de catastrophe naturelle partout où il y a eu sinistre.»

Eva Larand


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.