Taxe Professionnelle ; Toulouse perdrait près de 200 millions € ?

C’est une certitude : la Taxe professionnelle est une manne financière des plus importantes pour les collectivités locales. La supprimer, comme le voudrait le gouvernement, ferait l’affaire de bon nombre d’entreprises, particulièrement les plus nantis et pourrait contraindre bon nombre de villes à revoir leurs engagements.

 
Parmi les villes les plus angoissées, on retrouve en tête du classement la capitale Paris avec 710 millions € collectés en 2008. Autant que Marseille, Toulouse, Lyon et Strasbourg réunies, soit les quatre autres villes du top 5 des plus fortes collectes de taxe professionnelle. En fait la seule ville à compter plus d’une centaine d’entreprises qui réalisent plus d’un milliard d’euros de CA par an et dont la plupart fait partie du Cac 40. Toutes, comme Axa et son vertigineux chiffre d’affaires de 85 milliards d’euros, ont fixé leur siège social dans la capitale française. D’où cette manne qui pourrait demain faire craindre le pire à Monsieur Delanoë…
Comme de logique, la ville de Marseille prend la seconde place du podium avec 204 millions € de recette. Notamment grâce à la présence sur son territoire de sociétés comme Ricard, indissociable de la cité phocéenne, mais aussi avec l’apport d’entreprises moins connues du grand public et qui pourtant pèsent dans le paysage économique français. Parmi lesquelles on relève CMA/CGM, issue de la fusion de la Compagnie Générale Maritime et de la Compagnie Générale Transatlantique et qui réalise plus de 15 milliards € de CA… On peut également citer le groupe de services Onet avec plus d’un milliard de chiffre d’affaires qui est devenue, voilà quelques années propriétaire du groupe toulousain de levage et montage Buzzichelli.

Toulouse en 3ème position

Et oui, la ville de Toulouse avec quasiment 180 millions € collectés en 2008, prend la troisième marche du podium. Un classement surprise, pour le commun des mortels qui n’attendait pas forcément la ville rose en si bonne position. En fait ce niveau important de collecte de la taxe professionnelle est garanti par la présence sur notre territoire d’Airbus et ses milliards d’euros de chiffre d’affaires. Sans oublier les actifs immobilisés, sur lesquels se base aussi le calcul de la taxe professionnelle, qui sont conséquents, soit à près de deux milliards d’euros à la fin 2008. Sans oublier que le prestigieux avionneur n’est pas la seule entreprise de poids enregistrée dans la ville. On en parle peu, mais dans le domaine, l’apport d’entreprises comme Thalès, Continental, Latécoère ou même la Caisse d’épargne de Midi-Pyrénées est considérable. Pas innocent si déjà les stratèges du Capitole annoncent une augmentation des impôts de +5 % pour 2010…
Vient ensuite en 4ème position Lyon avec 160 millions € collectés en 2008. Puis en 5ème position la ville de Strasbourg avec 118 millions € collectés en 2008… En 6ème position et c’est une énorme surprise, la ville de Fos-sur-Mer, 115 millions € collectés en 2008, juste devant la ville de Bordeaux qui ne dépasse pas les 100 millions d’euros de taxe professionnelle reçus. Ce qui n’empêche pas cette dernière de faire des prouesses en matière d’équipement, de valorisation du patrimoine comme du mieux vivre pour ses habitants. Comme quoi l’argent ne fait pas toujours le bonheur… Qu’on se le dise…

David Bellinger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.