Soufflerie de Banlève : la testeuse d’aile du pays des avions !

Novembre 1935. Le Maire de Toulouse Antoine Ellen Prévot donne l’autorisation au Directeur de l’Institut Electrotechnique d’occuper une parcelle du Parc Toulousain, l’île de Banlève (NDLR : l’île du Ramier actuelle) et d’y installer le laboratoire d’hydraulique des Pyrénées et du Massif Central et une soufflerie aérodynamique de type Eiffel. Elle est inaugurée en 1937 et les premiers essais débutent en 1938. L’idée, portée par Georges Latécoère, est soutenue par le Ministre de l’Air de l’époque qui cherchait des utilisations à l’avion autres que militaires.

Sur ce nouveau site, donc, une double mission est confiée à l’Institut : être un site d’essai pour l’Industrie et un laboratoire de recherche. La soufflerie subsonique par aspiration permet de «simuler l’écoulement d’un profil à l’air». Les chercheurs créent des maquettes, les placent dans la veine d’essai pour effectuer des tests. Nombre d’ailes de la capitale de l’aéronautique ont donc été testées dans cette soufflerie et son bâtiment qui sont classés au patrimoine industriel du XX° siècle. Aujourd’hui, elle reste active. Utilisée par les étudiants mais aussi des industriels, on y teste des stores, de la fumée…

 Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.