Social ; HLM tous ne seraient pas logés à la même enseigne ?

Là comme ailleurs, les passe-droits seraient légion pour habiter le cœur des villes. On parlerait même de locataires qui auraient des revenus de hauts fonctionnaires. Quant aux surloyers dits de “solidarité”, décidés par la loi Boutin et officiellement appliqués depuis le 1er janvier 2009 ils ne semblent pas avoir calmé le phénomène de favoritisme. C’est ainsi qu’il n’est pas rare d’apprendre qu’un couple avec deux jeunes enfants à charge bénéficie, avec plus de 8 000 € de revenus par mois, d’un HLM… Ceci avec la complicité des organismes spécialisés, mais aussi des élus locaux et même du gouvernement. Et ses dérapages ne sont pas prêts de s’arrêter…

 
Car le vrai problème c’est que ces familles aisées, en général des bobos, profitent de loyers anormalement bas. Mais surtout occupent des logements au détriment de candidats en liste d’attente qui en ont vraiment besoin. Bien souvent ils se le passent en famille, car le premier occupant peut y rester ad vitam aeternam.
La plupart occupe des logements en centre ville, et ne se verrait pas encourager la mixité en allant poser leurs valises dans des quartiers moins huppés, moins fonctionnels et surtout peu réputés pour leur calme. Et la ville de Toulouse ne fait pas exception à ce phénomène et parfois l’encouragerait même… Alors vient la loi Boutin qui voudrait faire payer à ces belles âmes un surloyer. Que nenni, elles s’insurgent contre toute augmentation et ne voit pas, ne comprennent pas pourquoi elles pourraient être “élues” à payer la fameuse taxe dite de solidarité. Plus, elles vont prendre à témoin la presse régionale, dont certains acteurs bénéficieraient, syndicat oblige, de quelques logements sympas aux loyers cool.
Oui, mais certains diront avec juste raison qu’il est surtout question de Paris. C’est vrai que la capitale est sûrement la ville où les cas les plus caractéristiques de ces abus sont légion. Et que Delanoë n’aurait fait que développer le processus déjà bien engagé par ses prédécesseurs…

Mais qu’en est-il vraiment à Toulouse ?

Qui osera nous indiquer les vrais passe-droits accordés à celui-ci ou à celle-là ?… Qui osera nous dire qu’à Toulouse tout est bien contrôlé ? D’autant qu’on le sait peu, mais 72 % des Français sont en droit de demander et d’obtenir un logement HLM locatif. Quant à la loi Boutin, quand la baisse des plafonds de ressources sera vraiment effective, on pense quand même que plus de 60 % des Français seront encore éligibles… Plus inquiétant encore, quand on sait que plus de 95 % des ménages français habitant ce type de logement seront en fait toujours en droit d’y rester une fois qu’ils y sont entrés et ce quelque soit l’évolution de leurs situations sociales.
Alors qu’il serait plus logique, voire plus honnête vis-à-vis des Français qui ne bénéficient en rien de ces largesses, de mettre les loyers de ces logements aux prix du marché… Les plus modestes des locataires seraient aidés par les allocations logement délivrées en fonction des revenus comme de la composition du foyer… Les moins nécessiteux seraient logés aux prix du marché…
Tout rentrerait ainsi dans l’ordre… et éviterait tous les passe-droits, etc…. etc…
Et que dire des logements de fonction…

AGG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.