SISQA 2013: Le Sud-Ouest a fait salon

Du 12 au 15 décembre, le parc des expositions de Toulouse a accueilli la 11e édition du salon de la qualité alimentaire : le SISQA. Ce rendez-vous, devenu incontournable, est l’occasion unique de découvrir les qualités gustatives mais aussi sanitaires des produits de Midi-Pyrénées, prendre quelques cours de cuisine, visiter une ferme, et passer un moment convivial et gourmand ! Textes: Marie-Agnes Espa/ Photos: Elsa Nardari

 

Depuis onze ans maintenant, le SISQA, salon de la qualité alimentaire, ponctue la fin de l’année en Midi-Pyrénées. Il donne l’occasion unique à tous de découvrir les trésors gastronomiques de Midi-Pyrénées, de s’initier à quelques techniques culinaires avec de grands chefs, des professeurs et des élèves des lycées hôteliers de la région, de compléter ses emplettes de Noël avec de bons produits « Made in Sud-Ouest » ou encore de visiter une ferme grandeur nature ! L’espace dédié au salon réparti sur trois halls du Parc des expositions de Toulouse se décline en quatre zones : les Halles, les Découvertes, la Ferme et le Parcours des sens. Dans les Halles et les Découvertes, les espaces de vente et de dégustation sont nombreux. Et les merveilles de tous les départements sont là ! (Voir notre échantillon dans notre encadré en images, ndlr). Sur les stands de vente, les visiteurs ont pu trouver 200 produits de qualité de Midi-Pyrénées, dont  120 sous signes d’Identification de la Qualité et de l’Origine (SIQO). C’est également ici qu’est installé l’Espace Culinaire où démonstrations et performances se succèdent à un rythme effréné ! Au menu, recettes de fête avec les chefs et arts de la table ! Petits et grands peuvent apprendre, s’entraîner pour briller le moment venu. Un peu plus loin se découvre le Parcours des sens. Un espace entièrement dédié à l’affutage sensoriel, préparé notamment par les scientifiques passionnés de Science Animation Midi-Pyrénées.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Dégustez Midi-Pyrénées !

Une trentaine d’expériences plus tard, les visiteurs sont fins prêts à appréhender au mieux les délices du salon. Du dernier hall s’échappent bêlements, braiments et caquetages… Il abrite la Ferme du SISQA. Près de deux cents animaux sont rassemblés pour émerveiller les enfants et raviver les souvenirs d’enfance des plus grands !

Vendredi 13 décembre, 10h30. Il y a du monde à l’entrée, la queue même. Depuis l’extérieur, les cris enthousiastes des enfants résonnent. La journée est dédiée aux scolaires et ils sont venus en nombre. Malgré une joyeuse cohue, les enfants suivent leurs guides, se regroupent et semblent profiter au mieux de ce jour de fête pour apprendre en s’amusant. Il y a des tout-petits, mais aussi des adolescents. Dans les ateliers pédagogiques, les questions fusent : « Pourquoi le poussin il a du mal à sortir de la coquille ? », « Elle dort comment la vache ? », « Ah bon, c’est du maïs, mais ce n’est pas comme ça le pop-corn en vrai ! », « C’est pas vrai que le cochon il sent pas bon, ça sent rien là » « Je peux goûter ? Je peux toucher ? » ! Et les intervenants et les instituteurs de répondre avec amusement à ces nombreuses questions et remarques toutes aussi diverses que surprenantes. Dire que la Ferme a remporté tous les suffrages auprès de ces jeunes est un doux euphémisme. Stars incontestées : les poussins, les biquettes et les cochons ! Le gigantesques tracteur installé en plein cœur de ce hall a, lui aussi, reçu de nombreuses visites. Vers midi, l’air s’emplit d’odeurs appétissantes, il est l’heure de se régaler. Sur les stands comme dans les restaurants installés dans les halls, les produits de Midi-Pyrénées se dégustent sans modération !

 

Le chiffre

47 619

Est le nombre d’exploitations agricoles de Midi-Pyrénées en 2010.

 

Vincent Labarthe, vice-président du Conseil Régional en charge de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’enseignement agricole.

Vincent Labarthe « La qualité sanitaire est la base de tout »

 

Vincent Labarthe est le vice-président du Conseil régional en charge de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’enseignement agricole. L’élu lotois précise les enjeux du SISQA et du colloque sur la sécurité alimentaire « Des assiettes saines et pleines pour tous ».

Vincent Labarthe,  vous intervenez au colloque sur la sécurité alimentaire « Des assiettes saines et plaines pour tous ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

Ce colloque sur la sécurité alimentaire « Des assiettes saines et plaines pour tous » est l’une des nouveautés du SISQA édition 2013. Nous avons pour objectif de donner à ce salon une notoriété nationale. Si nous sommes bien identifiés en ce qui concerne la qualité de nos produits, nous avions abandonné, il y a plusieurs années, l’aspect sanitaire.

Vous avez donc décidé de proposer ce colloque en complément du salon…

Oui, nous avons choisi de mettre en place ce colloque suite à tout ce qui s’est déroulé l’an passé. 2012 a été un véritable tournant dans l’histoire du SISQA. Avec la visite du ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, et l’identification « Sud-Ouest » du salon, nous sommes aussi montés en volume. Avec ce colloque, nous poursuivons sur cette lancée et essayons aussi de répondre aux problématiques sociétales qui se posent et aux difficultés qui sont rencontrées à travers les crises.

Vous parlez de crises, pouvez-vous préciser ?

La crise en Bretagne mais aussi les scandales autour de la viande de cheval. Nous souhaitons répondre à ces crises par la qualité.Une qualité dont on n’est pas forcement conscient en France, mais dont on ne se rend vraiment compte que lorsque l’on se rend dans les pays émergents ou sous-développés. La qualité alimentaire est la base de tout. Voilà la raison pour laquelle nous avons choisi de proposer aussi ce colloque.

 

Midi-Pyrénées fait le choix de la qualité

Dans ce colloque, vous avez abordé la règlementation…

Oui, nous sommes toujours en train de dénoncer la surrèglementation, mais il faut que les gens se rendent compte que cette surrèglementation est un atout incontestable sur l’export vers les pays émergents ou sous-développés. C’est même le premier des atouts. Ce qui a permis l’augmentation de l’espérance de vie dans ce pays, comme dans beaucoup de pays européens, c’est avant tout et y compris la médecine, l’alimentation !

Donc, pour vous la règlementation est nécessaire ?

Oui, cette qualité et sécurité se sont gagnées de haute lutte à travers les diverses règlementations. Il y en a encore en préparation d’ailleurs. Je pense qu’elles sont nécessaires. Les échanges lors du colloque montrent que la principale difficulté est de coordonner les actions entre l’Europe, les Etats membres, l’Etat français, jusqu’aux contrôles dans les abattoirs.

Quelle est la stratégie de la Région Midi-Pyrénées ?

Notre stratégie est le choix de la qualité par rapport à celui du volume. C’est une valeur d’avenir. Nous devons avancer sur un front qui permette au consommateur d’aujourd’hui comme de demain d’avoir encore plus de garanties de consommer en toute sécurité.

Le SISQA propose beaucoup de découvertes, d’ateliers…

Oui, le propre de ce salon est son aspect pédagogique. Il faut éduquer tous ces jeunes ! 250 classes sont venues et le salon a accueilli entre 6000 et 7000 jeunes de CM1-CM2. Il y a aussi des classes de maternelle, tous les lycées agricoles, les lycées hôteliers, les écoles d’ingénieurs de Toulouse.

Quelles sont vos ambitions pour le SISQA 2014 ?

Nous devons marquer le colloque d’une pierre blanche. Nous souhaitons la venue de personnalités. Les ministères s’intéressent à ce que nous faisons et pas uniquement celui de l’agriculture. Nous devons sortir renforcés des crises avec la stratégie que nous portons et nous focaliser sur ce que nous avons de meilleur.

 

 

 

 

Reportage_Sisqa_JT593.pdf by Journal Toulousain



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.