Shop’n saveur: Comme 101 façons de cuisiner

Crédit photo: DR

Jeune chef talentueux, Anthony Sennheimer s’est installé à deux pas de la Clinique du Parc. Sa créativité s’est focalisée sur les valeurs les plus traditionnelles. Avec lui, les saveurs ne trichent jamais.

 

A proximité du Palais de Justice, dans un décor typiquement local, oscillant entre briques roses et murs aux teintes violettes, un chef a pris ses quartiers depuis quelques mois. Le 101, dû à sa localisation à travers la rue Achille Viadieu, se fait petit à petit une réputation dans le quartier Saint-Michel. En travaillant une cuisine traditionnelle, basée sur l’utilisation harmonieuse des produits de saison, Anthony Sennheimer a opté pour une simplicité reflétant des valeurs qu’il défend depuis le début de son apprentissage. Passé par plusieurs établissements étoilés durant son parcours, l’Ariégeois a mûrement réfléchi avant d’ouvrir il y a trois mois, son premier établissement : « J’ai été séduit par le lieu, qui auparavant, abritait un restaurant-salon de thé. De plus, Toulouse est un endroit où il fait bon vivre, avec une population assez sympathique », précise le Saint-Gironnais d’origine. Avant de rejoindre ses fourneaux, ce dernier fait le marché chaque jour, à la recherche du mets qu’il pourra magnifier. La fantaisie oui, mais à condition qu’elle ne dénature que très peu la finalité. Anthony évoque entre autres une blanquette de veau, à sa façon.

 

Le chef vit au rythme des saisons

Crédit photo: DR

 

Le chef propose les deux entrées du jour, les deux plats du jour et les deux desserts fraîchement confectionnés. On fond facilement sur une raviole au chèvre et son bouillon au champagne, on craque aussi pour un feuilleté de noix de Saint-Jacques aux petits légumes du jardin. Au menu également : plusieurs plats de viande, comme un jarret de cochon accompagné de choux braisés, et surtout, une épaule d’agneau braisée pendant sept heures, servie avec pommes façon grenaille et champignons. Le poisson reste aussi une priorité pour le maître des lieux. Son filet de rouget vaut absolument le détour, tout comme son rougail de gambas relevé aux piments « oiseau ». Palais sensibles s’abstenir sur ce coup-là, toutefois, plusieurs alternatives s’offriront à vous de toute manière. Les prix très abordables, peuvent convenir à chaque budget (entre 12 et 20 euros la formule le midi, comptez une vingtaine d’euros le soir). En amoureux ou en groupe, cet établissement vous ravira de par son cadre, mais ce sont bel et bien vos papilles qui finiront émoustillées. Vous avez dit dessert ? Rien que les intitulés ravivent les faims les plus modestes.

 

Le 101

101 rue Achille Viadieu



UN COMMENTAIRE SUR Shop’n saveur: Comme 101 façons de cuisiner

  1. Barbisan Pierre dit :

    Tout a fait d’accord avec l’article, mais ne pas oublier le serveur qui a la classe d’un Maître d’hôtel et qui vous donne l’envie d’y retourner, ce que j’ai déjà fait trois fois!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.