Sécurité; Une gendarmerie en 2010 à Beauzelle

Jeudi dernier a eu lieu la pose de la première pierre d’une nouvelle gendarmerie qui couvrira la sécurité de cinq communes sur le site de Blagnac Constellation.
Du provisoire qui dure, c’est ce qu’a vécu l’unité de gendarmerie installée dans des préfabriqués sur la place de la mairie de Beauzelle depuis quatre ans ; celle-ci ayant déménagé de Blagnac au profit de la police nationale. Depuis la semaine dernière, les officiers sont rassurés avec la pose de la première pierre d’une gendarmerie qui ouvrira ses portes en 2010 dans le futur quartier Andromède. Les 24 agents et leurs familles pourront ainsi bénéficier de nouveaux locaux et de logements individuels flambants neufs, de quoi les motiver en vue de leurs missions auprès des communes de Beauzelle, Aussonne, Cornebarrieu, Mondonville et Seilh soit 25 000 habitants au total. «C’est l’aboutissement d’un long parcours d’obstacles et de difficultés financières et politiques», confie le colonel Segura, commandant du groupement de gendarmerie du département. «Ce projet est la reconnaissance de l’action que nous menons au quotidien dans la cité et j’espère qu’il suscitera des vocations.»

Financement inédit en France

Située sur un terrain de 8 000 m2, la future gendarmerie est une première française pour son mode de financement, à savoir un partenariat public / privé entre un établissement bancaire (Caisse d’Epargne), un promoteur immobilier (GBMP) et une intercommunalité (le SIVOM Blagnac Constellation). «L’intercommunalité a fait preuve d’une grande volonté», explique le maire de Blagnac Bernard Keller. «Avec le passage en communauté urbaine de l’agglomération toulousaine, le territoire de Blagnac Constellation s’impose comme l’un des pôles de proximité indispensables. Pour preuve, le projet de transfert du Parc des Expositions de Toulouse sur le secteur.»
Installée aux abords du quartier Andromède et le long d’un axe stratégique, la route de Grenade, la gendarmerie bénéficie d’une construction aux normes écologiques pour un budget total de 6,3 millions d’euros. Les bâtiments pourraient même à terme être récupérés et reconvertis en logements. Mais d’ici là, les gendarmes auront certainement de nombreuses interventions à mener avec les 20 000 habitants supplémentaires attendus dans leur zone d’activité d’ici 2015.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.