Se souvenir des Résistants

Alain Verdier se souvient de son grand-père, François Verdier. Crédit Photo: DR

Alain Verdier, petit-fils du célèbre Résistant toulousain François Verdier, se fait aujourd’hui l’écho de son aïeul et promeut les valeurs de solidarité entre les hommes, celles-là même qui avaient cours dans les poches de la Résistance et qu’il convient « de réactualiser » pour ne pas reproduire les mêmes erreurs.

 

Le nom de François Verdier est étroitement lié à l’histoire de Toulouse. Résistant de la première heure, celui qui sera surnommé « Forain » est nommé par le Général de Gaulle en personne, en 1943, chef des Mouvements Unis de la Résistance en Midi-Pyrénées et désigné Commissaire de la République. Il doit alors organiser les actions régionales et le renseignement en toute clandestinité. Arrêté dans la nuit du 13 au 14 décembre 1943, il est interrogé par la Gestapo avant d’être conduit en forêt de Bouconne pour y être exécuté. Un mémorial a été construit à l’endroit même où le corps de François Verdier a été retrouvé et dès 1945, l’association « Les amis de François Verdier » s’est donnée pour mission de faire vivre sa mémoire et surtout les causes pour lesquelles il s’était battu. Dans les années 1960, Louis-Marie Raymondis, compagnon de Résistance du « Forain », reprend la présidence et rebaptise l’association « Les anciens Résistants du mouvement de Libération-Sud ». Elle prendra ensuite le nom de « Mémorial Forain François Verdier Libération-Sud », dans les années 1990, conduite par Alain Verdier, petit-fils du « Forain ». « Je souhaite pérenniser et réactualiser les valeurs de la Résistance, les adapter à la société d’aujourd’hui. La solidarité entre les Hommes, le respect et la dignité des citoyens doit revenir au cœur des préoccupations », explique-t-il.

 

Rappeler l’essentiel aux jeunes générations

 

Pour le président de « Mémorial Forain François Verdier Libération-Sud », « il est important de garder en mémoire les motivations de ceux qui se sont battus pour que notre pays ressemble à ce qu’il est aujourd’hui, et c’est pour le préserver que nous devons poursuivre la lutte contre l’intolérance, le racisme et toute forme de discrimination. » Pour cela, les vingt-cinq adhérents de Midi-Pyrénées organisent tous les 27 janvier (ou le dimanche suivant) une commémoration annuelle dans la forêt de Bouconne. « Cette année, cela fera 70 ans que François Verdier a été exécuté et nous avons décidé de faire paraître un ouvrage historique sur le « Forain » », précise Alain Verdier. Les membres de l’association souhaitent notamment interpeller la jeune génération : « la notion de liberté a été galvaudée et les mouvements extrêmes trouvent aujourd’hui un terreau fertile dans cette société en perte de repères. Par nos actions, nous voulons sensibiliser les jeunes à la solidarité et à l’importance de la défense des valeurs républicaines, jadis défendues par François Verdier et ses compagnons de Résistance », précise le président de « Mémorial Forain François Verdier Libération-Sud ». La mise en garde étant de tout faire pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

 

Séverine Sarrat

 

Repère :

Prochain rendez-vous le 2 février, à 11h, en forêt de Bouconne, sur la stèle située sur les lieux de l’exécution de François Verdier, pour la commémoration annuelle, en présence de Kader Arif, ministre délégué aux Anciens Combattants.

 

Chiffre clé :

Le 70e anniversaire de la disparition de François Verdier sera commémoré cette année.

 

Contact :

Mémorial Forain François Verdier Libération-Sud

BP 90025, 87 avenue des Pyrénées

31240 L’Union

adeverdier@free.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.