Saison estivale ; Les étrangers en masse à Toulouse

Selon les premières données recueillies par l’Office de Tourisme de Toulouse, la saison estivale toulousaine 2010 se révèle meilleure que celle de l’été 2009, le tourisme se relevant doucement de la crise. Si pendant la crise 2009 la forte présence de la clientèle française avait servi d‘amortisseur, ce sont pour l’été 2010 les clientèles étrangères en forte progression qui ont apporté le plus de consommation touristique, dans un contexte de baisse du budget vacances des Français.

 
La forte affluence des Italiens et des Espagnols, voire de certaines clientèles britanniques (matchs du TO XIII, mondiaux féminins de baskets), a été particulièrement remarquable. Les touristes français, à l’instar de 2009, ont cependant été nombreux dans la ville rose cet été. Venus en famille, ils provenaient majoritairement de l’Ile de France et des régions limitrophes. Suivant la tendance de 2009, les touristes ont dépensé moins dans les activités annexes (loisirs, souvenirs, achats périphériques…) même si certains restaurateurs du centre ville ont affiché complet une bonne partie de l’été. L’activité de la boutique de l’Office de Tourisme a ainsi été revue à la baisse malgré un panier moyen stable à 11,50 €. L’accueil de l’Office de Tourisme de Toulouse a pour sa part enregistré une fréquentation en hausse pour les mois de juillet et août 2010 (respectivement +4 % et environ +7 %). Le site internet de l’Office de Tourisme a également enregistré une hausse sensible du nombre d’internautes : 110 800 en juillet (+27 %) et environ 102 000 en août (+25 %). La mise en place, début juillet, du nouvel outil de réservation en ligne Citybreak a permis de dynamiser les ventes de produits touristiques comme les visites guidées (107 personnes) et les nuitées hôtelières.

Les 4 étoiles délaissés

Quant aux hébergements de la ville, leur activité et leur fréquentation ont été contrastées selon les premières analyses. Les hébergements comprenant de nombreux équipements (piscines, salle de jeux…) ou situés en centre ville (hors hôtellerie haut de gamme) ont connu une fréquentation satisfaisante en juillet. Malgré des prix revus à la baisse, la clientèle semble avoir délaissé les 4 étoiles au profit de logements plus abordables. Les hébergements de chaîne quant à eux jugent la saison «moyenne».
Les hôtels indépendants ont eux positivement bénéficié, en terme de fréquentation, de la visibilité croissante apportée par Internet et le développement des sites de partage d’expériences (commentaires, photos…).
Selon le Club Hôtelier, les taux d’occupation pour les établissements 2, 3 et 4 étoiles devraient s’établir à +2 points en juillet (environ 50 %). Les premiers bilans du mois d’août laissent apparaître une légère baisse de l’activité avec des taux d’occupation s’établissant en moyenne autour de 45 %.

 

Les sites gratuits sont les plus visités

L’Office de Tourisme de Toulouse relève par ailleurs une hausse de la fréquentation dans les sites et monuments… mais qui masque des inégalités. La hausse affichée dans les sites et musées de la ville cet été cache en réalité de fortes disparités. Le critère prix semble avoir été une composante non négligeable dans les visites des sites culturels.
Les sites gratuits à entrées libres, comme la Basilique Saint-Sernin ou la salle des Illustres du Capitole, ont en effet enregistré les plus fortes hausses. La fréquentation au musée des Augustins et aux Jacobins est restée stable alors qu’elle a baissé au Muséum d’Histoire Naturelle. Les Abattoirs ont eux bénéficié d’une bonne affluence pour l’exposition sur les 10 ans de l’ouverture du musée.
Ainsi en juillet, c’est la Basilique Saint Sernin (24 000 visiteurs) qui arrive en tête du classement des cinq sites culturels les plus visités. Elle est suivie de la Salle des Illustres (16 000 visiteurs), du Muséum d’Histoire Naturelle (15 000), des Jacobins (12 000), des Augustins (6 200) et des Abattoirs (6 000).
Quant à Airbus Visit, l’Office de Tourisme de Toulouse annonce qu’il devrait connaître une fréquentation en légère hausse cet été, malgré un mois de juillet jugé stable. Même constat pour la Cité de l’Espace qui devrait enregistrer une affluence identique à 2009 hors événements exceptionnels (pour rappel : l’an dernier, la Cité de l’Espace avait célébré les 40 ans du premier pas de l’Homme sur la Lune).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.