Réunion-débat: Les femmes au cœur du débat

Frédéric Lacaze, référent de l’association « Femmes au centre » de la Haute-Garonne organise une réunion débat sur le thème : « Quelle place pour les femmes dans la cité du XXe siècle ? », le jeudi 4 avril à 18h30 à la Salle Félix Lavit – Métro Jolimont. La soirée sera animée par Thomas Simonian avec la participation de Christine de Veyrac, Muriel Boulmier, Virginie Mallein, Myriam Martin, et Nadia Pellefigue.

 

L’association « Femmes au Centre » a été créée en 2009 à l’initiative de femmes élues. Représentée dans la plupart des départements français, elle a pour référent en Midi-Pyrénées Frédéric Lacaze qui est également trésorier adjoint national de ce club de réflexion. Malgré son nom, cette association n’est pas seulement destinée aux femmes féministes : « autant les hommes que les femmes y ont leur place. Le but étant de se réunir pour débattre sur des thèmes différents et des opinions variées. Au préalable j’ai fait des « réunions-débats » destinées autant aux femmes qu’aux hommes sur des sujets tels que la gestation pour autrui, l’éducation, l’euthanasie… » déclare Frédéric Lacaze. Pour lui l’égalité hommes-femmes est nécessaire pour notre société : « Les qualités humaines des femmes associées à celles des hommes permettent à cette société d’avoir une meilleure vision des choses et de la vie. Nous avons besoin de cette complémentarité pour qu’elle soit la plus juste possible. »

 

Les femmes en politique…

 

Malgré une augmentation de fréquentation de femmes dans le milieu politique en région toulousaine, elle reste néanmoins faible aux yeux de Christine de Veyrac, députée européenne : « Dans notre région, nous sommes un peu en manque de femmes. Quand nous voyons le maire de Toulouse, le président du conseil régional, le président du conseil général. » Car toujours d’après cette dernière, le rôle des femmes dans ce domaine « est important » : « Elles prennent leurs fonctions et elles les assument plutôt bien. »

 

Frédéric Lacaze attend de ce débat une « confrontation » des points de vue des participantes, que ce soit du monde politique, que du monde de l’entreprise « pour que chaque individu se fasse sa propre opinion, qu’il y ait une ouverture d’esprit. » explique-t-il.

Très investi dans l’association, il anticipe déjà sur la prochaine soirée-débat – dont la date n’est pas encore fixée – : « J’ai plusieurs idées mais il y en a une qui est en train de germer plus que les autres : « la violence faite aux femmes »… »

Elsa Nardari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.