RETRAITES DOREES ? Europe la gabegie ?

Comme de logique, là où il n’y a pas de vrais contrôles les abus en tous genres explosent. C’est ainsi que les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs… Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la Rolls des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce que touchent ces derniers…  C’est dire le niveau des abus !

 
C’est ainsi qu’à titre d’exemple Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de “contrôleur adjoint de la protection des données”, aura acquis, en novembre 2010, après seulement 23 mois de service une retraite de 1 515 €/mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète de 40 ans.
Son collègue, Peter Hustinx, qui vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé, touchera lui après 10 années d’activités, près de 9 000 € de retraite/mois. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va de son côté toucher 12.500 € de retraite par mois. Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12.900 €/mois. Pour Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, c’est encore plus performant 14.000 €/mois ; etc.
C’est simple, plus personne ne demande de compte à cette caste de fonctionnaires bien particulière et ils ont bien décidé d’en profiter.

Jackpot assuré

En fait, la plupart de ces hauts personnages qui sont en poste depuis le milieu des années 1990, est assurée de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum possible soit 70 % de son dernier salaire. Mais ce qui peut paraître le plus incroyable, c’est de savoir que non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais qu’il leur suffit de 15 années et demie d’activité pour valider une carrière complète.
Pendant ce temps et en ce qui nous concerne, pour faire face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles vont recommander l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans voire 41 ans (en 2012) et même 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problème, le taux plein sera toujours 15,5 ans… De qui se moque-t-on ?
A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc. Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable…
Nous, nous cotisons à 100 % et au moins 40 ans… Toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c’est la déferlante : rappels, amen-des, pénalités de retard, etc.
Aucune pitié. Eux, ils (se) sont carrément exonérés. On croit rêver !
Rendez-vous compte, même les magistrats de la Cour des comptes européenne qui, pourtant, sont censés «contrôler si les dépenses de l’Union européenne sont légales, faites au moindre coût et pour l’objectif auxquelles elles sont destinées…», profitent du système et ne paient pas de cotisations.
Et, que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les “gendarmes de Bruxelles” et ne cessent de donner des leçons d’orthodoxie budgétaire alors qu’ils ont les deux mains, jusqu’aux coudes, dans le pot de confiture ?

Un lecteur bien informé


Pour réagir à ce courrier, l’enrichir il suffit
d’envoyer vos réflexions à l’adresse e-mail suivante : andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.