Réseau ferroviaire du Sud-Ouest : Matabiau deviendra un pôle d’échange

Afin de faciliter au maximum la circulation des trains, le Réseau Ferré de France révoit de rénover la ligne ferroviaire entre Saint-Jory et la gare Matabiau. Cette mesure fait partie d’un grand projet de réaménagent destiné à optimiser la circulation dans le Sud-Ouest. La nouvelle ligne, permettra une meilleure connexion entre les communes de Toulouse, Fenouillet, Lespinasse, Castelnau et Saint-Jory. A plus rande échelle, le RFF prépare le réseau à l’arrivée du TGV en 2020. La réunion de présentation du projet a eu lieu ce mardi à la médiathèque Josée Cabanis. Jusqu’au 22 septembre, des concertations publiques auront lieu dans les communes concernées.

 
L’amélioration de la ligne ferroviaire entre Saint-Jory et Toulouse est indéniablement l’un des points clé du projet. 20 km de voies seront réaménagées pour permettre aux usagés de la banlieue proche d’atteindre rapidement Toulouse. De nouvelles voies seront ajoutées afin de gérer l’augmentation du trafic. En moyenne, ce sont 116 trains qui empruntent chaque jour la ligne Toulouse-Saint Jory. Les haltes et les gares seront restaurées et il est également prévu de créer une connexion fer/métro entre la “Route de Launaguet” et la station de métro “la vache”. Au-delà d’une meilleure connexion entre la Ville rose et les communes voisines, c’est une toute nouvelle organisation du réseau qui se profile. Le projet du Réseau Ferré de France veut faire de la gare Matabiau un véritable pôle d’échange d’ici 2020 et l’arrivée de la LGV. La gare sera agrandie notamment au niveau souterrain, pour répondre à l’augmentation du flux de voyageurs. De même, un espace sera créé depuis le parvis de la gare jusqu’au métro de la médiathèque. L’accessibilité aux quais doit encore être améliorée pour faciliter la circulation des personnes handicapées. Les travaux devront débuter d’ici 2015 pour être finalisés en 2020.

Un projet respectueux de l’environnement

Même s’il est question d’améliorer le transport urbain, Réseau Ferré de France vise néanmoins à respecter l’environnement. Des études sont en cours pour réduire au maximum les nuisances et l’impact écologique. Celles concernant les pollutions sonores détermineront la nécessité de mettre en œuvre des murs anti-bruits ou des protections de façade. Le canal reste également un enjeu préoccupant. En effet, les voies ferrées déjà existantes entre Toulouse et Saint-Jory longent la Garonne et compliquent la pose des voies supplémentaires. RFF travaille en étroite collaboration avec le VNF (voies navigables de France) et réfléchit déjà à la possibilité d’utiliser le canal pour transporter le matériel nécessaire aux travaux. Pour préserver la beauté du canal, RFF compte aussi aménager le paysage et les espaces piétons. Pour l’instant, le coût de l’ensemble du projet est estimé entre 500 et 600 millions d’euros.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.