«Répondre à toutes les détresses»

Au printemps prochain, la Croix-Rouge française va célébrer son 150e anniversaire. Un événement pour la délégation de Haute-Garonne et ses neuf Unités Locales qui se préparent à de nouvelles missions en 2014.

 

Rendez-vous désormais phare, la cérémonie de vœux de la délégation haut-garonnaise de la Croix-Rouge française aura lieu ce samedi à Toulouse : «C’est l’occasion pour nous de faire le bilan de l’année écoulée, de remercier nos bénévoles et représentants autour d’une galette. C’est un moment à la fois institutionnel avec une remise de décorations, et de partage» explique son président Alain Vancapernolle. Et ce n’est qu’un début. Car 2014 est une année particulière pour l’association qui va célébrer le 25 mai prochain, son 150e anniversaire : « Plusieurs événements sont prévus dont le lancement de cet anniversaire en février, une commémoration au printemps et un village Croix-Rouge plutôt à l’automne » poursuit A. Vancapernolle.

En Haute-Garonne, les premières marques de présence de la Croix-Rouge française remontent à 1870 à Bagnères-de-Luchon. Mais partout, son principe de base reste le même : «répondre à toutes les détresses, du nouveau-né à la personne âgée tout en restant innovant» résume Philippe Cousy, secrétaire de la délégation départementale. En effet, pour l’association, il s’agit de s’adapter aux évolutions de la société : «La Croix-Rouge n’est pas figée. Outre ses missions historiques, de secourisme par exemple, elle souhaite s’engager dans de nouvelles actions comme une présence en milieu carcéral aux côtés des détenus et de leurs familles, pour apporter du lien, de la formation.» Depuis octobre, la délégation de Haute-Garonne est département pilote dans la gestion du «Rétablissement des Liens Familiaux» : «L’objectif est de proposer une mise en relation de personnes qui se sont perdues de vue soit en raison de conflits armés ou de catastrophes humanitaires» indique A. Vancapernolle. Autre enjeu pour 2014, la restructuration de l’aide alimentaire, l’association devant faire face «à une demande plus forte et plus systématique.» Côté secours, cette année doit voir aussi la mise en place de la prise en charge pré-hospitalière : «il s’agirait par exemple d’amener les victimes prises en charge par les équipes de la Croix-Rouge jusqu’à l’hôpital, en déchargeant les équipes du SAMU et du SDIS souvent occupés à d’autres urgences» précise Ph. Cousy. Des discussions entre partenaires sont en cours, de même qu’une réflexion sur la création d’ici deux ou trois ans d’une Halte Répit Détente Alzheimer.

Mais sa force, la Croix-Rouge la doit avant tout à sa communauté d’acteurs de terrain. En Haute-Garonne pour 2013, ce sont plus de deux cents salariés intervenant dans des établissements (Institut de formation, Centres d’Hébergement d’Urgence, Centre social). Et cinq cents bénévoles qui participent aux activités de secours, de formation et d’action sociale des unités locales : «Nous recherchons toujours des bénévoles engagés» reconnaît A. Vancapernolle, mais les besoins de la Croix-Rouge française ne sont pas forcément ceux que l’on croit. En Haute-Garonne, en plus des actions les plus connues, webmasters ou encore logisticiens seraient les bienvenus.

 

Claire Manaud

 

Neuf unités locales : Toulouse, Colomiers, Bessières-Villemur, Muret, Villefranche de Lauragais, Revel, Carbonne-Cazères, Saint-Gaudens, B. de Luchon.

 

«Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent» Henry Dunant, fondateur de la Croix Rouge.

 

Mi-septembre 2014

Village de la Croix-Rouge, place du Capitole.

 

dd31@croix-rouge.fr

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.