Rentrée 2008; Entre enthousiasme et inquiétudes

Les établissements flambant neufs ou entièrement rénovés à l’occasion de cette rentrée scolaire ne masquent pas l’inquiétude des élus et du corps enseignant face aux nouvelles mesures du gouvernement en matière d’éducation.

 
Le réveil a sonné très tôt, trop tôt pour des centaines de milliers d’élèves en ce début de semaine. Après deux mois de vacances passés à buller ou à bûcher, il est temps d’user les semelles et de retrouver le chemin de l’école, souvent chargé d’un cartable trop lourd. Mais un bon nombre de collégiens et lycéens aura la chance de débuter cette année scolaire dans d’excellentes conditions, grâce à la rénovation et la reconstruction de certains établissements.

 

Les collèges

Cette année, c’est dans les collèges que la hausse des effectifs se fait le plus ressentir avec 253 enfants supplémentaires par rapport à 2007. Au nord de Toulouse, dans le village de Quint-Fonsegrives, le Conseil Général a inauguré cette semaine un nouvel établissement qui accueillera à terme 600 élèves. Construit afin de désengorger les collèges environnants de Balma et Saint-Orens, il accueillera pour l’année 2008/2009 des enfants de 6ème et 5ème. Bâti pour 12 millions d’euros selon la norme Haute Qualité Environnementale, le nouveau collège est pourvu de terrasses, de parcs arborés et de tout un système de pistes cyclables sécurisées. Le gymnase est quant à lui déjà en service depuis l’année dernière.
Côté rénovation, 18,5 millions d’euros ont été engagés dans la réfection totale du collège Jean-Pierre Vernant à Toulouse. Il peut désormais accueillir 800 élèves. Les établissements Jean Rostand à Balma et Alain Savary à Fronton ont quant à eux bénéficié d’un lifting partiel.

 

Les lycées

Le lycée général de Fonsorbes accueille cette année ses premiers pensionnaires. «Cet établissement doit répondre à la forte pression démographique sur le secteur. 525 élèves débuteront l’année scolaire et nous en attendons à terme 1 260», explique Martin Malvy, président du Conseil Régional qui a financé intégralement cette construction à hauteur de 21,9 millions d’euros. D’une surface de 7 750 m2, les bâtiments, dans une démarche environnementale, intègrent une chaufferie bois qui pourra également alimenter le gymnase communal, un traitement de la qualité de l’air avec récupération des calories, et une utilisation optimale de la lumière naturelle. La création de cet établissement a également permis à la Région de mettre en place 8 postes d’Agents Régionaux des Lycées.
Après la désolation, place à l’admiration avec la reconstruction du lycée professionnel Galliéni, suite à la catastrophe d’AZF. Rebâti sur son ancien site et sur celui du lycée Françoise, l’établissement représente la plus importante opération immobilière jamais conduite et financée par la Région. «Ce lycée sera celui du futur, du solaire», s’enthousiasme Martin Malvy. Du futur car avec ses 15 000 m2 d’ateliers, ses 79 salles de classes, son internat de 300 lits, ses 4 pistes routières d’apprentissage, le nouveau lycée Galliéni est le premier dans le domaine des métiers de l’automobile en Midi-Pyrénées et l’un de ceux qui offrent la gamme de formations la plus complète en France. Du solaire grâce à ses 1 900 m2 de panneaux photovoltaïques permettant de couvrir sa dépense totale d’électricité.
Suite à une fin de chantier retardée, il n’ouvrira ses portes qu’en début de semaine prochaine pour accueillir à terme 1 410 élèves en formation, 510 en voie générale et 900 en professionnelle.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.