Rencontres Au féminin.com: Escale féminine à Toulouse

Mercredi 4 décembre, les rencontres aufeminin.com ont fait escale à Toulouse le temps d’une journée. Un programme thématique toulousain placé sous le titre évocateur « Femmes, sciences et technologie » qui a permis de riches et nombreux échanges.

Fruits de l’initiative de deux personnalités féminines reconnues, Marie-Laure Sauty de Chalon, PDG d’aufeminin.com et d’Aude de Thuin, fondatrice du Women’s Forum et serial entrepreneure, les rencontres aufeminin.com traduisent un besoin d’agir en faveur des femmes. Les deux fondatrices unissent leurs voix et constatent de concert: « en 2013, les femmes ont encore besoin d’être soutenues, reconnues, mises en avant et valorisées ». Ainsi, trois rencontres sont organisées, à  Paris le 19 novembre, à Toulouse le 4 décembre et Lyon le 29 janvier. Placée sous l’appellation évocatrice « Femmes, sciences et technologie », la rencontre toulousaine dans les locaux de l’Hôtel Pullman Centre a affiché complet. Dès l’ouverture, l’allocution télévisée de Claudie Haigneré, scientifique, spationaute et présidente d’Universcience (Etablissement public du palais de la Découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie, ndlr) donne le ton. Toulouse, ville universitaire, berceau de l’aéronautique, n’est-elle pas le lieu idéal pour aborder le rôle qu’ont toujours joué les femmes dans la science ? Nanotechnologies, climatologie et énergie, médecine, ingénierie et industrie, les intervenantes se succèdent à la tribune et chacune apporte son expertise, son expérience pour alimenter le débat.

 

« Les filles et les femmes ne doivent pas s’autocensurer »

A l’occasion d’une des tables rondes de la matinée, plusieurs femmes ont témoigné et raconté leur parcours. Elles sont aujourd’hui ingénieures dans l’industrie, secteur à dominante masculine, l’une chez EDF, l’autre chez Safran Labina. Les récits de vie de ces deux femmes présentent plusieurs points communs, pères militaires, bac scientifique, une certaine mobilité… Les deux soulignent le rôle des enseignants dans leur parcours, de même que l’importance de saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent. Démonstration est faite qu’il est possible d’être femme, maman et ingénieure dans l’industrie, le tout selon une des intervenantes est « d’oser, car bien souvent on se met des freins à soi-même». En fin de matinée, Christian Monjou, professeur de chaire supérieure en Khâgne (Lycée Henri IV et Ecole Nationale Supérieure) présente le parcours remarquable de Julia Margaret Cameron, photographe britannique du 19ème siècle. Une démarche que l’on pourrait qualifier d’avant-gardiste à cette époque. Parmi ses modèles : Charles Darwin, Carol Lewis…

L’après-midi débute par l’intervention de la vice-présidente du Conseil Régional Midi-Pyrénées, en charge des finances, de l’égalité Hommes-Femmes et de l’Enseignement Supérieur, Nadia Pellefigue. Après la présentation des différents dispositifs de la Région visant à promouvoir l’égalité Hommes-Femmes, Nadia Pellefigue insiste sur l’importance de la formation des prescripteurs de l’orientation (conseiller, ndlr), des professeurs principaux. Pour la vice-présidente, « Les filles et les femmes ne doivent pas s’autocensurer. Ce qui est considéré comme de l’ambition chez un homme, ne doit pas être considéré comme de l’arrogance chez une femme ».

Plus d’infos : aufeminin.com

Marie-Agnès Espa

 

Le chiffre

46%

Des bacheliers scientifiques sont des femmes



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.