Région et Agglo : Politique des Transports/ Le ministre affirme son soutien aux projets toulousains

Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants, Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Pierre Izard, président du Conseil Général de la Haute Garonne

Le ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier est venu à Toulouse vendredi 22 novembre dernier. Au programme, la présentation de deux projets « transports » majeurs pour l’agglomération toulousaine : la LGV et le prolongement de la ligne B du métro.

« Nous sommes heureux de partager l’ambition de ce territoire, l’enjeu de Toulouse métropole européenne et de tout ce que signifie la décision qui a été prise de confirmer ce que représente la Grande Vitesse » se félicite le ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier. En visite à Toulouse le 22 novembre dernier, accompagné de son homologue délégué aux Anciens combattants Kader Arif, le ministre des transports a pris tout d’abord connaissance du projet Euro Sud-Ouest. Un projet d’envergure qui, selon lui, « permettra aussi à tous les territoires de se doter d’infrastructures modernes, efficaces et génératrices de croissance. » Pour Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la communauté d’agglomération, « La Grande Vitesse ce n’est pas pour 2024, c’est pour 2017 ! Nous sommes dans la continuité de Tours-Bordeaux. Nous avons par les études, nos capacités, l’ambition d’un projet urbain à l’image de notre agglomération, mais aussi de notre Département et de notre Région. Nous voulions montrer au Ministre que nous sommes présents au rendez-vous. »

 

 

100 000 voyageurs par jour à Matabiau en 2030

En 2017, la ligne Tours-Bordeaux permettra aux Toulousains de gagner 2h20 sur un trajet vers Paris et à l’horizon 2024, ils pourront se rendre à la Capitale en 3h10. D’ici 2030, la fréquentation en nombre de voyageurs de la gare Matabiau, véritable clé de voûte du projet, passera de 9.3 millions par an à 21.8 millions. Le ministre a donc affirmé son soutien et celui de l’Etat à ce projet, « Il faut donner du sens à l’investissement. Je suis là pour le commencement d’une belle aventure. C’est le cœur de l’Europe qui doit être projeté dans les infrastructures. » Plus tard dans l’après-midi, Frédéric Cuvillier et Kader Arif se sont rendus sur le site du Sicoval à Belberaud, pour annoncer, là aussi, un soutien au projet d’extension de la ligne B du métro toulousain (5,2 km supplémentaires). « Pour cela il faut du financement, l’impôt, la diminution des dépenses, on oublie souvent de l’expliquer » explique le ministre des Transports avant de conclure : « Je repars avec des décisions, il me faut les traduire dans des lignes budgétaires. » Car au-delà des ambitions, reste la question du coût et le ministre dispose d’une « enveloppe grands travaux» d’ici 2030 de 30 milliards d’euros.

Kader Arif, ministre délégué aux Anciens combattants, Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche

Marie-Agnès Espa

Le chiffre :

5,9 milliards d’euros, c’est le coût total estimé de la ligne nouvelle Bordeaux –Toulouse



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.