Que font-ils pour les fêtes ?

Noël reste la fête familiale par excellence. Un moment de l’année où tout le monde s’arrête durant quelques jours … Le JT a demandé aux personnalités toulousaines où elles vont passer ces fêtes, et avec qui ? L’occasion pour notre rédaction de vous souhaiter un joyeux Noël, et de vous donner rendez-vous en 2013. Dossier réalisé par Coralie Bombail, Séverine Sarrat, Aurélie Renne et Claire Manaud.

Bernard Werber, écrivain

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

Une totale prise de tête ! On ne peut plus circuler dans les rues, c’est bruyant… La ville se transforme c’est insupportable. On se sent obligés de faire la fête à un moment précis, de côtoyer des gens que l’on n’a pas envie de voir. On boit et mange trop. Pour moi c’est un vrai cauchemar ! Une période qui me donne envie d’une seule chose : de m’échapper, de fuir la cité.


Votre meilleur ou pire souvenir durant ces fêtes ?

Un peu ce qui se passe chaque année, à savoir me retrouver un verre de champagne à la main, dans un endroit où tout le monde se force à rigoler. Je me dis à ce moment que j’aimerais juste être tranquille. Toute cette agitation et l’obligation programmée de faire la fête m’écœure complètement.


Où les passez-vous cette année?

Je pars avec ma famille sur une île au soleil. C’est la première fois que je fuis réellement au moment des fêtes de fin d’année. Habituellement c’est plutôt avant ou après, mais cette année j’ai besoin de m’isoler, et de me retrouver dans l’intimité avec les miens. Je prends le côté positif de la tradition : ma famille en cercle restreint et les cadeaux sans l’aspect bruyant et le cholestérol ! Cette année pour moi, ce sera poisson frais plutôt que foie gras et autre dinde farcie qui bouchent les artères ! J’entends bien privilégier le goût à la tradition. J’ai besoin de ce retour à la nature et à la vie sauvage.

 

 

Alex Lekouid, artiste comique

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

C’est l’occasion de se retrouver en famille pour parler de l’essentiel, et dire à nos proches qu’on les aime, en les récompensant. C’est un moment très important durant lequel on se remémore sa propre enfance et où l’on prend véritablement la mesure de toutes ces choses. Le 31 décembre est souvent pour moi un jour de travail mais quand ce n’est pas le cas, c’est là aussi l’occasion de voir la famille, de faire la fête. C’est le seul moment où on se permet un peu de délire. On met un peu d’argent dans le repas, on boit de bonnes choses, on fume des cigares… On a vraiment l’esprit en fête.

Une anecdote à nous raconter sur ces fêtes de fin d’année ?

Je n’ai pas vraiment d’anecdote à vous livrer mais plutôt un état d’esprit : cela fait plus de trente ans que je passe le nouvel An à travailler. C’est un soir où je vois les autres faire la fête. Et alors que je me produis sur scène, je sais que quelque part, quand je vois les gens heureux, je suis à l’origine de leur bonheur. Mais très vite, je suis très triste parce que je suis loin des miens.

Où les passez-vous cette année ?

Je serai à Toulouse pour Noël. Pour le premier de l’An, j’ai plusieurs options mais ma décision n’est pas encore prise…

 

 

 

Marie-Pierre Chaumette, conseillère régionale

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

Noël, c’est évidemment pour moi une fête chrétienne célébrant la naissance de Jésus. Elle est riche de traditions, avec le calendrier de l’Avent, la crèche, la messe de minuit… C’est l’occasion de moments privilégiés où la décoration du sapin, la préparation du repas, les cadeaux, relient les membres d’une famille dans une ambiance féérique. Je repense à mon enfance qui m’a conduite des Noëls cléments d’Algérie, avec une fête regroupant dans la cour tous les élèves de l’école dont mon père était directeur, suivie de moments plus familiaux, aux Noëls blancs dans les Pyrénées, à partir de mon retour en France à 8 ans, avec un point commun : le 33 tours de Tino Rossi chantant le célèbre « Petit papa Noël » mais aussi «Minuit, Chrétiens», « Il est né le divin enfant » ! Je repense aux premiers Noëls si émouvants, à Toulouse, autour de mes trois petites têtes blondes découvrant leurs cadeaux sous le sapin : moments magiques d’yeux noyés de sommeil mais vite écarquillés devant les paquets ! Et bien que mes chers parents manquent malheureusement à l’appel désormais, Noël reste synonyme de moments privilégiés passés en famille. Quant au Jour de l’An, fêté le 1er janvier à Rome par décision de Jules César, et en France seulement suite à un édit de Charles IX, il s’agit d’une fête avec des amis que l’on est contents de retrouver pour s’amuser, danser, échanger les vœux. Un bon moment à ne pas laisser passer !

Une anecdote à nous raconter ?

Depuis que ma petite dernière a pour passion la cuisine, qu’elle a participé à Masterchef et plus récemment à «200 kms à la ronde», le repas de la veillée de Noël s’est transformé en un concours entre des plats préparés par chacun d’entre nous devenant à la fois « cuisinier » et « membre du jury ».

Où les passez-vous cette année?

Nous partons en famille au Puy du Fou le week-end qui précède Noël, pour profiter du spectacle « le mystère de Noël », avec la participation de l’orchestre philharmonique et des chœurs de Prague. A cette occasion, les villages du Grand Parc sont parés de lumières, enrichis d’une crèche vivante et d’un récital des plus grands classiques de Noël. Et nous reviendrons à Toulouse pour la nuit de Noël. Le jour de l’An, nous le passerons en Espagne, en respectant les traditions : des grains de raisin à manger à chaque coup de minuit, et du chocolat chaud et des churros à déguster à l’aube, le tout dans une ambiance habituellement bien sympathique !

 

 

Michel Sarran, chef étoilé toulousain

Que représentent les fêtes de fin d’année pour vous ?

Pour moi, Noël est un moment particulier. Traditionnellement, le restaurant est fermé pendant une semaine, car j’ai toujours tenu à ce que tout le monde, moi, comme les gens qui travaillent avec moi, puisse le fêter en famille. Dans notre métier, il faut dire que la vie de famille est souvent bafouée. Quelque soit l’importance que l’on prête au religieux, Noël reste un prétexte pour voir les gens qu’on aime, et je pense qu’on a besoin de prétextes pour s’arrêter et profiter des bons moments.

 

Qu’avez-vous de prévu à Noël et au 1er de l’An ?

Cette année, je reste à Toulouse pour Noël, avec mes filles et des amis proches que je considère comme ma famille. Et le 1er de l’An, je travaille ! La salle est d’ailleurs déjà complète. Il y a toujours une soirée spéciale pour le 31 décembre, avec un menu unique. Mais cette fois, j’ai rajouté une petite carte plus accessible.

 

Vous souvenez-vous d’un Noël en particulier ?

Pendant un temps, je partais à l’Ile Maurice, car j’ai des amis qui habitent là-bas. La première fois que je suis allé au soleil pendant les fêtes de fin d’année, c’était aux Antilles et j’ai adoré. Le père Noël garde toujours son manteau et sa barbe quelque soit la température, c’est universel. Et le contraste est assez drôle… En revanche, je remarque qu’en France, on n’hésite pas à déshabiller la mère Noël ! (rires)

 

 

 

Greg Lamazères, présentateur de TLT

 

 

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

Noël, c’est la famille, les cadeaux et la mangeaille ! Bien que je n’ai pas encore fait mes cadeaux… Je m’y mettrai au dernier moment, sûrement dimanche ou lundi. L’important, avant tout, est que tout le monde soit réuni. Tous les ans, j’ai l’habitude d’aller à la messe de Noël, mais là j’y vais tout seul, c’est mon moment à moi.

 

Que faites-vous pour Noël et le premier de l’An ?

Je ferai Noël chez mes parents, avec mes trois enfants, âgés de 9, 19 et 22 ans. Le 1er de l’An je reste chez moi, avec ma compagne et mes chats, dans ma nouvelle maison. Je viens juste de déménager, mais comme j’ai des millions de disques et de livres, je vais passer mes vacances à ranger et à faire des travaux. Ca va tout de même faire du bien de se poser pour les fêtes, car tous les autres soirs de l’année, je suis au théâtre ou à des concerts…

Vous souvenez-vous d’une anecdote particulière à raconter sur les fêtes ?

Un de mes meilleurs souvenirs, c’est quand ma fille aînée était petite, et qu’elle ouvrait ses cadeaux. Elle criait, aussi fort que Céline Dion : « c’est le plus beau jour de ma vie ! », en découvrant une poupée Barbie. Quand les enfants sont grands, il en faut plus pour les contenter !

 

 

Cédric Soulette, ex-rugbyman et chef d’entreprise

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

C’est toujours un moment fort et précieux, surtout quand on a la tête dans le guidon toute l’année. On prend le temps de voir les gens qu’on aime, et qu’on ne voit pas souvent. Ca paraît simple, mais ce n’est jamais banalisé. D’ailleurs j’ai pris un peu de vacances pour rester un peu tranquille, réfléchir…mais aussi ne rien faire !

Qu’avez-vous prévu pour Noël et le premier de l’An ?

A Noël, je serai à Toulouse avec la famille de ma femme, et ma fille de 9 ans. Ensuite, on ira dans ma famille à Béziers, car mon frère vient d’avoir une petite fille. C’est un beau cadeau pour toute la famille ! Pour le premier de l’An, je suis un adepte du dernier moment. A priori, on s’est décidé un groupe d’amis à le passer ensemble, mais je ne sais pas encore où. C’est souvent dans la désorganisation qu’on arrive à vivre les meilleurs moments.

Vous souvenez-vous d’une anecdote particulière sur les fêtes ?

Une fois, je devais avoir 17 ans, on est parti avec des copains fêter le premier de l’An à Andorre. Mais un dialogue un peu trop alcoolisé a embrouillé les uns et les autres… Ca a failli mal finir et même devenir grave. En plus, en étant loin de chez moi, je me suis vraiment senti en danger. Ce n’est pas un très bon souvenir de fête.

 

Emmanuelle Lassalle-Michel, Présidente de la FNAIM 31

 

Que représentent pour vous les fêtes de fin d’année ?

Les fêtes de fin d’année, caractérisées par une activité moins frénétique, sont d’abord pour moi l’occasion de travailler – car cela reste le lot de la plupart d’entre nous – avec plus de plaisir, et de prendre du recul par rapport à un quotidien professionnel envahissant. C’est la magie de Noël qui opère ! L’immobilier est un secteur particulièrement exigeant en termes de services, quel que soit le domaine concerné : la transaction, la gestion, la location ou le syndic de copropriété. Ceci dans un contexte de crise du pouvoir d’achat où la fonction d’intermédiation reste encore mal acceptée par certains mais du fait du besoin de confiance de nos concitoyens génère chez d’autres des attentes d’un niveau de plus en élevé en terme de conseil et de compétences. Ainsi la trêve des confiseurs est pour nous surtout l’occasion de se demander comment le cru 2013 pourrait être meilleur que celui de 2012, comment mieux servir nos clients. Nous sommes conscients de la gravité du problème du logement en France dû à un déséquilibre entre ses trois composantes : le neuf, le parc ancien et le logement social. Nous déplorons parfois que nos gouvernants appréhendent mal le secteur de l’immobilier. Les trois domaines précités sont interconnectés et interdépendants. Néanmoins réjouissons-nous des Observatoires de loyers que le Gouvernement souhaite mettre en place et qui répondra à la demande des professionnels de notre secteur de mettre en place des politiques adaptées aux particularismes locaux. Une politique sociale suppose un équilibre économique dans lequel chacun trouve son compte et les mesures incitatives que nous appelons de nos vœux en demandant la création d’un statut du bailleur social privé moyennant certains avantages fiscaux vont dans ce sens. Voilà ce que peut et doit nous inspirer ce Noël à venir : écoute, concertation et respect mutuel sans dogmes.

Votre meilleur ou pire souvenir durant ces fêtes ?

Mes meilleurs souvenirs sont ceux de mes Noëls d’enfance et tout particulièrement cet instant interminable avec mes cousins : il nous semblait que le Père Noël était en train de passer derrière la porte fermée du séjour de mes grands-parents qui renfermait nos cadeaux.


Où les passez-vous et en quelle compagnie ?

Noël en famille et le réveillon de fin d’année avec des amis et pourquoi pas sous la forme d’une soirée déguisée.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.