Prolongement de la ligne B du métro: Le Sicoval boucle le montage financier

Alors que les projets de transports pullulent dans les programmes des différents prétendants au Capitole, du côté du Sicoval, un grand pas vient d’être franchi puisque la Communauté d’agglomération vient tout juste de terminer le montage financier du prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Labège. François-Régis Valette, son président, détaille ce plan.

 

François-Régis Valette, le Conseil de communauté du Sicoval vient de voter, à l’unanimité, le plan de financement du prolongement de la ligne B du métro. A combien s’élève-t-il et quelle en est la répartition ?

Le coût total, qui est aujourd’hui presque définitif, est de 362 millions d’euros, hors maîtrise d’ouvrage puisque le matériel a déjà été acheté et payé, étant donné que le projet devait déjà être réalisé en 2013… Ce montant est financé à hauteur de 141 millions d’euros par Tisséo-SMTC, de 141 millions d’euros par le Sicoval et de 80 millions d’euros par le Conseil général de Haute-Garonne. Concernant l’apport du Sicoval, 25 M€ sont attendus pour avril-mai émanant du troisième appel à projet du Ministère des transports dans le cadre du Grenelle de l’environnement mais aussi 10 M€ dans le cadre du Contrat territorial avec la Région. Nous prévoyons également de contracter un emprunt de 58 M€, sur 40 ans, auprès de la Caisse des dépôts et consignations avec un taux de 2.25%, et un différé d’amortissement à 2022. Si besoin, en financement complémentaire, nous demanderions un nouveau prêt de 12 M€ supplémentaires. Nous comptons aussi sur le « versement transport » apporté à Tisséo-SMTC par les entreprises de plus de 20 salariés. Nous nous sommes basés sur le montant 2011 attribué au Sicoval dont l’excédent (la croissance) viendra en déduction de la participation de la Communauté d’agglomération. Nous estimons donc, d’ici 2020, le montant de cette part à 10 M€. Pour finir, 13 M€ seront issus de la vente des droits à construire signés fin 2013, notamment à Unibail-Rodamco.

 

Il y a quelques mois, la Chambre régionale des comptes avait pourtant dénoncé ce plan de financement, le jugeant trop aléatoire…

J’ai été extrêmement sévère avec la Chambre des comptes car j’ai trouvé affligeant la partie du rapport qui spéculait sur le financement de la ligne B du métro. Cette dernière a examiné les comptes du Sicoval de 2004 à 2011 inclus et réalisé une dissertation philosophique sur la capacité ou pas de notre Communauté d’agglomération à financer le prolongement du métro. Mais ils sont restés sur la situation qui était celle de fin 2011 en affirmant que nous n’aurions jamais de participation de l’Etat. De plus ils ont considéré que, le projet coûtant 141 M€, il convenait de diviser ce montant par le nombre d’hectares que nous pouvions commercialiser, à 400€ le m². Or nous vendons du droit à construire à hauteur de 200€ le m². Dans notre plan de financement, nous ne comptons pas uniquement sur ce droit à construire, comme dit ci-dessus. Voilà pourquoi je me suis insurgé contre des propos plus que légers, car nous avons conclu un protocole d’accord avec le président de Tisséo, Pierre Cohen, en novembre 2011, dans lequel nous nous donnions deux ans, au début 2014, pour boucler le plan de financement. Au lieu de venir nous voir pour remettre ses informations à jour, le conseiller de la Chambre des comptes est resté sur les éléments dont il disposait en 2011, or ces derniers ont évolué depuis.

 

 “Le projet de JL Moudenc aurait présenté un intérêt… il y a 10 ans” (FR Valette)

 

Désormais le plan de financement bouclé, pensez-vous revenir sur cet épisode et signifier à la Chambre régionale des comptes votre position ?

Une fois les élections municipales passées, je pense effectivement les recontacter et je serai méchant parce que je trouve ce travail vraiment pas sérieux. Je leur demanderai d’éviter de faire des analyses prospectives et spéculatives quand il ne s’agit pas de leur mission. Ils doivent apporter une appréciation sur les exécutions budgétaires sur une période examinée, effectuer des contrôles a posteriori et non a priori. Ce qu’ils ont fait n’est pas légal ! J’aurai une position extrêmement sévère et je le ferai savoir ! Je suis particulièrement remonté et furieux !

 

Le projet du prolongement de la ligne B est donc lancé, le calendrier est-il pour l’instant respecté ?

Nous l’avons strictement suivi ! Tisséo-SMTC va maintenant voter de son côté sa part de financement du projet et l’enquête publique va être lancée en mai ou juin prochain, pour une déclaration d’utilité publique du préfet attendue à la fin de l’année 2014 ou début 2015. Le démarrage des travaux s’effectuera au deuxième trimestre 2015 pour une mise en service en 2019, comme nous l’avons annoncé.

 

Avec les municipales et le possible changement de direction de Tisséo-SMTC, le projet peut-il encore être remis en cause ou ajourné ?

Je ne le pense pas ! Si Pierre Cohen est réélu, il ne s’agira que d’une continuité. Quant à Jean-Luc Moudenc, et son idée de troisième ligne de métro, il est venu à ma rencontre. Je lui ai répondu que son projet aurait pu présenter une utilité… il y a 10 ans, mais plus aujourd’hui. Une ligne B a été construite et le Sicoval se trouve dans son prolongement ; ainsi une troisième ligne, au financement très aléatoire et sous-estimé, qui ne serait opérationnelle qu’en 2024, n’a plus aucun intérêt à rallier Labège. Il l’a d’ailleurs reconnu lui-même puisqu’il a revu complètement son plan de financement et  est revenu sur son tracé en le finalisant à Astrium. Notre projet actuel est bien engagé, il serait absurde de miser maintenant sur une nouvelle idée, hautement hypothétique, et aux objectifs plus lointains.

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.