Projet Parc des expositions : A votre avis ?

Une réalisation qui propulserait Toulouse au 3ème rang des parcs français hors Paris, après  « Eurexpo » à Lyon et « Congrès expo » de Bordeaux. Un projet qui propose 70 000m2 de surface couverte, 40 000m2 d’aire d’exposition extérieure, 4 500 places de parking dont 3 000 pour les visiteurs et un coût global de 300 millions d’euros. Envisagé depuis une dizaine d’années par nos politiques, le nouveau Parc des expositions sortirait du cœur de la ville pour s’établir à proximité de l’aéroport, au bout de la ligne de Tramway T1 qui s’allongera d’un peu plus d’un kilomètre. Un projet d’envergure qui changera le visage de l’agglomération, et qui est actuellement soumis à la concertation publique. Soumis à vos avis.

 

Les pilotes du projet au tableau !

Anne Fraisse et Clément Blanchet forment le duo aux manettes du projet. Anne Fraisse est la directrice du projet chez Europolia, la Société Publique Locale d’Aménagement (SPLA) créée en décembre 2010 par la communauté urbaine Toulouse Métropole et la Région Midi-Pyrénées, afin d’assurer  la maîtrise d’ouvrage de deux opérations d’aménagement phares : le Parc des expositions et Toulouse EuroSudOuest (l’aménagement de la gare et Marengo), présidée par Pierre Cohen. Clément Blanchet, lui, est l’architecte, directeur de l’agence Office for Metropolitan Architecture (OMA) France et co-concepteur avec Rem Koolhaas du futur Parc des expositions. Rencontre.

Depuis les locaux d’Europolia, au 9ème étage du 2 Esplanade Compans, Anne Fraisse et Clément Blanchet surveillent le futur chantier ! Le projet du nouveau Parc des expositions envisagé depuis plusieurs années par les élus passe un cap et se concrétise sérieusement. Anne Fraisse constate que « le Parc du Ramier est obsolète, inondable et parfois inondé, n’a pas de capacité d’extension et ne répond plus aux besoins des acteurs économiques et des organisateurs des évènements». Voici donc l’opportunité de construire un nouveau parc des expositions pour l’agglomération toulousaine : « Mais le but n’est pas simplement de construire un bâtiment, nous souhaitons en profiter pour créer un lieu qui permette d’avoir d’autres fonctionnalités comme le développement du tourisme d’affaire » poursuit-elle. « C’est un projet qui veut rassurer et structurer un territoire. C’est à partir du programme Parc Expo que l’on a pensé à une organisation plus générale, plus compacte, accessible et écologique » argumente Clément Blanchet.

 

« Un tel équipement doit être proche de l’aéroport ou de la gare »

 

Le futur Parc, que Pierre Cohen défini comme « un outil stratégique pour développer l’attractivité du territoire » sera implanté dans une zone ou depuis quelques années, les élus de la communauté d’agglomération puis urbaine font des réserves foncières. Pour Anne Fraisse, « un projet de cette ampleur et avec ces fonctionnalités doit nécessairement se trouver à proximité soit de l’aéroport soit de la gare». Les réserves foncières étant du côté de l’aéroport, le choix est vite fait. « Du côté de l’aéroport, il existe déjà des transports en site propre et une voie rapide. Ces infrastructures sont certes à conforter mais elles existent déjà ». Le projet inclus ces voies de dessertes de manière à ce que les différents flux soient séparés. Ainsi, comme l’explique Clément Blanchet « les piétons arriveront d’un côté sur le parvis desservi par les transports en commun et les voitures de l’autre ».

 

Fonctionnalité et modularité

Puisque nous abordons la voiture, une des originalités du projet est le parking. Un parking silo situé en hauteur entre les deux bâtiments car pour Clément Blanchet « généralement un parc expo est un étalement de pavillon, un étalement de parking aussi. Nous avons pensé la place de la voiture différemment. En construisant un  parking silo entre les deux bâtiments l’ensemble est devenu un objet très compact qui permet une large fonctionnalité. Sous le parking silo il y a une rue intérieure qui fait le lien entre les bâtiments, elle sera agrémentée de services, de restaurants. Sur ce bâtiment qui fait plus d’un demi kilomètre de long, le visiteur pourra se garer à proximité du lieu où il souhaite se rendre dans le parc ».

Le travail se poursuit, en parallèle de la concertation publique. Des études sur la biodiversité des terrains, un diagnostic archéologique (on ne sait jamais)… L’équipement à vocation multifonctionnelle est pour Anne Fraisse « un équipement qui s’inscrira dans une optique de développement durable et de respect de l’environnement ».

 

Pour en savoir plus : www.toulouse-euro-expo.com.

 

 

 

Marie-Agnes Espa



2 COMMENTAIRES SUR Projet Parc des expositions : A votre avis ?

  1. Desman dit :

    Beau projet mais beaucoup trop loin du centre. Qui peut sérieusement penser que les gens vont se taper 60 mn de tram pour aller là-bas ?

    • Espa MA dit :

      C’est vrai que si la question de la desserte en transports en commun est étudiée, le temps de ce transport sera peut-être problématique. Il va falloir accélérer le Tram…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.