Procès AZF; Accidentologie

Les produits mis en cause dans la catastrophe d’AZF ont par le passé engendré de graves explosions ou des accidents mais, selon les experts, aucune ne correspond à ce qui s’est passé à Toulouse le 21 septembre 2001…

4 octobre 1918, Morgan (Etats-Unis). À la suite de l’incendie d’un atelier de chargement d’explosif, des obus projetés en l’air retombèrent dans un magasin de 4 000 tonnes de nitrate d’ammonium et y explosèrent. Cependant, une grande partie du stock de nitrate en barils ne fut pas détruite.

26 juillet 1921, Krieweld (Pologne actuelle). Pour désagréger 30 tonnes de nitrate d’ammonium pris en masse dans deux wagons, des ouvriers tirent une cartouche d’explosif minier. Les wagons explosent, bilan : 19 personnes tuées.

21 septembre 1921, Oppau (Allemagne).

 


Coïncidence, une catastrophe impliquant du nitrate d’ammonium touche l’Allemagne un 21 septembre. Dans l’usine BASF d’Oppau, un stock de 4 500 tonnes d’un mélange nitrate/sulfate explose, causant la mort de plus de 500 personnes et la destruction de 700 logements. L’usine avait l’habitude de désagréger les tas à l’explosif et avait, à la date de la catastrophe, fait plus de 20 000 tirs. On suppose que la mine a explosé dans une région du tas où la concentration en nitrate d’ammonium était plus élevée que la moyenne.

5 août 1940, Miramas (France). Suite à l’incendie d’un wagon d’explosifs, une réaction en chaîne aboutit à la détonation de 240 tonnes de nitrate en sacs.

29 avril 1942, Tessenderloo (Belgique). Des ouvriers qui avaient l’habitude de désagréger du chlorure de potassium à l’aide d’explosifs tentent la même manœuvre avec du nitrate d’ammonium. Des centaines de personnes décèdent suite au drame.

15 avril 1947, Texas City (Etats-Unis).

 


Le cargo Grandcamp, en cours de chargement, contenait 2 600 tonnes de nitrate d’ammonium quand un incendie fut détecté. Pour l’étouffer, le capitaine fit fermer les panneaux de cale et envoyer de la vapeur sous pression. Malheureusement, la chaleur de la vapeur accéléra la réaction. La pression augmenta et, après une heure, la cargaison explosa. Elle provoqua la mort de plusieurs centaines de personnes et l’incendie du cargo High Flyer, amarré à 250 m, qui contenait 1 050 tonnes de soufre et 960 tonnes de nitrate d’ammonium, et qui explosa à son tour le lendemain 17 avril. Un stock de 500 tonnes du même nitrate d’ammonium qui se trouvait sur le quai, prit feu également, mais sans exploser. Des dégâts furent relevés dans 90 % de la ville.

28 juillet 1947, Brest (France). Quelques semaines à peine après la catastrophe de Texas City, un cargo norvégien transportant du nitrate d’ammonium explose après l’incendie de ses soutes. 29 personnes trouvent la mort.

1946, Toulouse (France). Déjà, l’ONIA (nom d’AZF à l’époque) est au centre des attentions en 1946. Un incendie ravage la toiture d’un hangar contenant 200 tonnes d’ammonium mais les pompiers viennent à bout du feu. Aucun accident n’est à déplorer.

Février 1963, Traskwood (Etats-Unis). Un train déraille, du mazout se répand et brûle autour d’un wagon de nitrate d’ammonium en sacs. Des flammes jaunâtres jaillissent du wagon et une partie de l’engrais est détruit mais pas d’explosion.

1973, Cherokee (Etats-Unis). 3 à 6 tonnes de nitrate en sacs explosent, ainsi qu’un réservoir de propane, suite à un incendie.

13 décembre 1994, Port Neal (Etats-Unis). Un incendie se déclare près d’un stock de 5 700 tonnes de nitrate d’ammonium sur un site industriel. Du nitrate liquide se forme au pied du tas et, suite à un choc (probablement un engin mécanique tombé au sol), la flaque détonne, tuant 4 personnes.

3 octobre 2003, Saint-Romain-en-Jarez (France). Un incendie se déclare dans un hangar agricole contenant des ballots de paille, des cagettes, des bouteilles de gaz et 4 tonnes de nitrate d’ammonium. Alors que les pompiers tentent en vain d’éteindre le feu, le hangar explose, blessant grièvement trois d’entre eux.

22 avril 2004, Ryongchon (Corée du Nord).

 


Un train chargé de 4 000 tonnes de nitrate explose, suite a priori à une collision avec un wagon contenant du fuel. L’incendie suivi d’une explosion aboutira à la mort de 161 personnes, plus de 1 300 blessés, un cratère de 10 mètres et la destruction de la gare et d’une grande partie de la ville.

9 mars 2004, Barracas (Espagne). Un accident entre une voiture et un camion transportant 25 tonnes de nitrate d’ammonium entraîne un incendie et une explosion. Bilan : un cratère de 15 mètres et 2 morts.

24 mai 2004, Mihailesti (Roumanie). Comme en Espagne, un accident de la route impliquant un camion chargé d’engrais et une voiture engendre un incendie et une explosion, causant la mort de 20 personnes dont des pompiers et des journalistes.

Des attentats au nitrate d’ammonium

 


Ce fameux produit chimique aux propriétés explosives a également inspiré les auteurs d’attentats à la bombe, dont ceux de Bali en octobre 2002. Avec quelques dizaines de kilos d’un mélange de nitrate et d’essence, des extrémistes indonésiens déposent des bombes dans plusieurs discothèques de la ville, faisant 202 morts. Quelques années plus tôt, en 1995, Timothy McVeigh, vétéran de la première Guerre du Golfe, lâche un camion de location, contenant environ 2 300 kilos d’explosifs dont du nitrate d’ammonium et d’un puissant carburant, contre un bâtiment du FBI à Oklahoma City. Bilan : 168 morts, plus de 800 blessés, plus de 300 bâtiments endommagés.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.