Prix Lucien Vanel; Les Toulousains ne devront pas faire la fine bouche

Aller au restaurant et pouvoir donner son avis sur le menu dégusté sans être forcément un fin gourmet, quoi de plus excitant pour les adeptes de la cuisine gastronomique. 107 restaurants toulousains se prêtent au jeu jusqu’au 31 mai pour, peut-être, se voir décerner le prix Lucien Vanel.

 
Alors que le guide Michelin vient de rendre son verdict, le prix Lucien Vanel repart de plus belle. Loin des étoiles du sacro saint juge gastronomique français, l’UMIH 31 (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie de Haute-Garonne), l’office de tourisme et la mairie de Toulouse ont lancé cette seconde édition, avec un leitmotiv réaffirmé : chercher à faire simple pour honorer les richesses du terroir. Et qui de mieux que les Toulousains pour juger de ces valeurs. Le prix est ainsi divisé en deux, entre 4 récompenses attribuées par le public et 5 par un cortège académique composé de membres représentatifs des milieux sportifs, culturels et économiques de la région toulousaine. Au programme donc, 107 restaurants passés au crible et rigoureusement sélectionnés en amont se partageront le prix de la meilleure carte de vins régionaux, le prix spécial de la créativité ou encore celui de la convivialité.

 

Perpétuer la qualité

La gastronomie où l’incarnation d’un enjeu essentiel dans une optique touristique. Sonia Ruiz, présidente de l’office du tourisme, confie ainsi que «ces olympiades gastronomiques sont vitales. Il faut conforter et développer ce prix car la gastronomie est essentielle pour l’attractivité et le rayonnement de la ville de Toulouse. Il faut montrer le savoir-faire toulousain en assurant le meilleur service qui soit, et ceci afin de classer Toulouse parmi les grandes capitales de la gastronomie française voire mondiale» conclut l’adjointe au maire en charge du tourisme. Une politique loin d’être une spécificité de la ville rose, puisqu’elle s’inscrit dans «une politique nationale de qualité» insiste Franck Giora, délégué régional au tourisme. Une volonté ferme mais un engagement à l’image de ce prix, à savoir le désir de «rester au niveau de l’exigence des consommateurs». Reste à savoir si tel est toujours le cas. La réponse appartient donc désormais aux palais toulousains, qui ont jusqu’au 31 mai 2009 pour déposer leur coup de cœur dans les urnes prévues à cet effet à l’office du tourisme ou dans chaque établissement participant. L’an dernier ils ont été 7 000 à donner leur avis, preuve que la bonne cuisine fait toujours recette.

La liste des restaurants
et d’autres informations pratiques concernant le concours : www.prixlucienvanel.com


Maxime Razès


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.