Préfecture de Haute-Garonne: Cap sur la dématérialisation

Les services de la préfecture de région évoluent. Le préfet, Henri-Michel Comet a fait le point sur le sujet à l’occasion des vœux à la presse.

C’est une évolution sur laquelle le préfet, Henri-Michel Comet veut insister en ce début d’année : la dématérialisation des procédures au sein de la préfecture de région. A commencer par le dispositif de pré-plainte en ligne réservé aux victimes d’atteintes aux biens et dont l’auteur des faits est inconnu. Mis en place fin 2011 en Haute-Garonne, il a été généralisé sur l’ensemble du territoire l’année dernière et les résultats apparaissent « probants » pour le préfet : « En 2013, 2350 pré-plaintes en ligne ont été enregistrées en Haute-Garonne contre moins de 1800 en 2012. Manifestement, ce dispositif répond à un besoin.» déclare Henri-Michel Comet. Idem pour les demandes de naturalisation : « mille dossiers sont traités par an » précise le préfet qui annonce la dématérialisation « dans d’autres domaines notamment pour les cartes de résidents qui représentent « 20 000 décisions par an en Haute-Garonne » et les certificats d’immatriculation, « 170 000 dossiers traités par an ». Une démarche engagée également par le biais de sms (500 envoyés par semaine) pour les retraits de passeport et de titres de séjours. Pour les publics concernés, « il s’agit d’éviter de venir et d’attendre » souligne Henri-Michel Comet. D’autant que le temps d’attente à un guichet est de cinquante minutes environ : « cela ne nous satisfait pas » assure le préfet.

Claire Manaud

Emploi et hébergement d’urgence

A l’occasion de ces vœux à la presse, le préfet s’est également exprimé sur d’autres thèmes. Sur le front de l’emploi, « la courbe du chômage s’est infléchie depuis quelques mois. Cela mérite d’être confirmé» poursuit Henri-Michel Comet tout en faisant le point sur « le succès manifeste des emplois d’avenir » : « 4291» signés en Midi-Pyrénées. A ce jour, la région compte  238 000 demandeurs d’emploi (catégories A, B, C). Puis interrogé sur l’hébergement d’urgence, le préfet a rappelé l’ouverture de « deux cents places d’accueil d’urgence en Haute-Garonne en 2013 ». Une étude est en cours pour évaluer « les besoins réels de Toulouse » dans le domaine.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.