Politic Région : un nouveau media pour la nouvelle région

20160531_1426158 mois qu’ils planchent sur le nouveau bébé de la sphère médiatique toulousaine. Thomas Simonian, ancien rédacteur en Chef du Journal Toulousain, Armand Partouche, notamment ancien président de la radio Kol Aviv, Jean-Christophe Giesbert ancien directeur de la rédaction de La Dépêche du Midi et fondateur de l’agence de communication éponyme affichent leur ambition : “donner la parle aux élus de l’extrême droite à l’extrême gauche, pour souligner et faire apparaitre leurs contradictions”. Thomas Simonian, directeur de la rédaction, est à l’initiative de l’idée qu’il a d’abord soumis à Armand Partouche puis Jean Christophe Giesbert, ce dernier qui accepte de prendre part à l’aventure, à condition de rester “sur le porte bagage, alors qu’eux sont au guidon“. Au delà d’un nouveau média, c’est plutôt “une plateforme numérique et papier” qui déboule en LRMP. Depuis 10h30 ce matin , les internautes peuvent utiliser le site Politic Région et profiter d’un suivi de l’actualité politique régionale, additionné à des tribunes libres, des interviews en podcast ou vidéo. Pour la version papier il faudra attendre le 3 juin, pour un premier numéro diffusé en kiosque à 20 000 exemplaires. Vers la mi juin, les élus pourront utiliser un volet dédié, avec à la clef “un réseau social inter-élus basé sur le partage d’expérience afin également de valoriser ce qui se passe au niveau local”.

Un concept à dupliquer en Aquitaine

Économiquement parlant, aucun chiffre ne sera prononcé lors de la présentation de Politic Région, on apprend qu’un investissement “lourd” a servi au lancement “dans le but d’atteindre un rythme de croisière en octobre novembre“. Le modèle économique repose sur les ventes, les abonnements (3000 attendus) et des “prestations additives à savoir de événementiels et de la formations entres autres“.  “On veut accompagner les élus ce qu’on fait avec le réseau social on va aussi le faire de manière physique via des rencontres organisées”. Si le trio est conscient d’être à cheval sur deux créneaux mal assortis, ils se défendent de vouloir mélanger les genres : “C‘est une question de dosage, d’intelligence et de détermination“, indique Jean-Christophe Giesbert avouant néanmoins que le risque existe. Politic Région fait aujourd’hui le choix de travailler en “structure légère”, avec trois pigistes pour le territoire et autant de photographes. A terme le trio espère dupliquer le concept dans d’autres régions, à commencer par l’Aquitaine.

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.