Philippe Candeloro « Je suis toujours dans la sportivité et la compétition »

 Holiday On Ice sera de passage au Zénith de Toulouse du vendredi 21 au dimanche 23 mars. Pour les 70 ans du spectacle, plusieurs professionnels ont répondu présent : Philippe Candeloro, Surya Bonaly, Sarah Abitbol et Stéphane Bernadis. Rencontre avec « le magicien » Philippe Candeloro.

 

Philippe Candeloro, la nouvelle production d’Holiday On Ice est un peu particulière cette année…

Oui tout à fait. Cette année, Pour les 70 ans du spectacle, la production a regroupé quatre têtes d’affiches : Surya Bonaly, Sarah Abitbol et Stéphane Bernadis et moi-même. C’est un très beau cadeau pour les spectateurs habitués à assister au show d’Holiday On Ice. Cela fait quinze ans que nous n’avons pas été réunis sur une même scène, et comme nous commençons à tous passer la quarantaine, c’est peut-être une dernière pour nous.

Avec quatre têtes d’affiche comment le spectacle  va-t-il s’articuler?

Habituellement il n’y a qu’une tête d’affiche. Là, c’est différent : nous sommes quatre à être mis en avant. Il y a un certain nombre de tableaux, chacun va exécuter ses numéros individuels sans changement de forme ni de fond. En ce qui me concerne, je vais interpréter entre autres le parrain, mais pas exactement à l’identique de la représentation de 1994. Je vais y apporter une petite touche personnelle différente dans le but de m’insérer aisément dans le spectacle existant.

C’est un exercice intéressant ?

Oui. Cela nous permet de travailler différemment et en même temps de se creuser la tête pour  adapter ces numéros au spectacle initial.

Quelle est la trame de ce nouveau spectacle ?

Au début, nous sommes sur une partie « Nostalgie » où nous voyageons un petit peu dans le temps. Nous remettons en lumière des moments forts d’Holiday On Ice. Pour ma part, je suis le « Master of Ceremony », transformé pour l’occasion en magicien. Puis à un moment donné, je me fais piquer la baguette soit par Sarah, Surya ou Stéphane qui va changer la trame du show. Sur la deuxième partie, nous sommes sur quelque chose d’un petit peu plus festif. Nous montons un numéro à quatre. Le but étant de retrouver la convivialité, la sportivité et la complicité qui existent déjà entre nous.

Quelle relation entretenez-vous avec les autres têtes d’affiche ?

Avec Surya, nous avons travaillé ensemble de 1991 à 2004 sur la grande tournée américaine « Champion On Ice ». Nous nous voyons régulièrement lors de spectacles. Mais avec Stéphane et Sarah c’est différent. Depuis deux-trois ans, comme ils ont arrêté de patiner ensemble, nous nous croisons moins souvent. Nos carrières se sont chevauchées. J’ai arrêté l’équipe de France en 1998 alors que tous les deux débutaient. Bien que nous ayons partagé moins de choses, nous avons tout autant de bons souvenirs ensemble.

Verra-t-on dans ce spectacle des numéros qui ont marqué votre carrière ?

Oui. Cela fait partie de mes signatures comme la pirouette, le backflip. Je suis toujours dans la sportivité et la compétition. C’est-à-dire que pour moi, il est indispensable d’arriver à faire sur glace des triples boucle piqué, des doubles axels… Quand je réussis bien mes triples sauts, je suis content et le public sent que je suis heureux. La magie du spectacle réside avant tout dans l’échange d’émotions.

Propos recueillis par Elsa Nardari

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.