Patrice Drevet; « Choisir son avenir et son modèle de société »

Il a pris sa retraite de la Météo sur France 2 le 31 janvier 2008 mais n’est pas inactif pour autant (voir encadré). Le journaliste de télévision, Patrice Drevet, se présente comme tête de liste de l’Alliance Ecologiste Indépendante (AEI) pour la circonscription sud-ouest aux Européennes. A Toulouse la semaine dernière, il a expliqué son engagement.

 
Patrice Drevet, vous avez été élu Conseiller municipal de Pézenas et Vice Président de la Communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, délégué à la communication, au tourisme, à la viticulture, à l’agriculture et au terroir. Pourquoi cet engagement aujourd’hui en faveur de l’écologie politique ?
Parce que l’écologie représente la cause la plus importante du XXIème siècle. Nombre de personnalités comme moi s’engagent pour défendre des causes humanitaires mais la plus grande catastrophe humanitaire prévisible dérivera des déséquilibres que l’homme impose à la planète. Et ces déséquilibres tôt ou tard nous en subirons les conséquences.
Or, dans ce cas il ne suffit plus de récolter des dons pour soulager passagèrement des souffrances mais bien d’éviter que ces cataclysmes ne se produisent et ça, c’est du ressort de la politique. La politique est une chose trop sérieuse pour la laisser aux mains des politiciens, lesquels ne cherchent pas à éviter les problèmes mais se contentent d’y trouver des remèdes lorsque ces derniers surviennent et qu’ils ne peuvent plus les éviter. Cela vient du fait que pour être élu à n’importe quel prix, le politicien ne dit pas aux électeurs ce qu’il faut faire mais ce que les électeurs veulent entendre.

Les “bons écologistes” se retrouvent sans structure

Pourquoi dans l’Alliance Ecologiste Indépendante ?
Justement parce que c’est une Alliance susceptible d’évoluer et non un mouvement fermé sur lui-même. Dans la plupart des partis écologistes le sport préféré est l’élimination des concurrents. C’est ainsi que nombre de “bons écologistes” se retrouvent sans structure pour exercer leurs talents alors que les partis écologistes sont dirigés par des professionnels de la politique. Le but final de l’Alliance est de regrouper tous les écologistes sous une seule bannière. Une grande idée a besoin d’un seul programme, d’une seule couleur et d’un seul grand parti. Enfin l’expérience montre que lorsque l’écologie sert d’ingrédient aux partis classiques, elle disparaît. Nous voulons éviter que les luttes menées par les écologistes depuis des décennies ne se résument qu’à une “annexe” dans le programme gouvernemental.

Pourquoi ces élections européennes ?

Pour plusieurs raisons. D’abord l’Europe est notre nouvelle frontière. Ensuite c’est l’échelon le plus pertinent pour mettre en œuvre une politique écologique. Des mesures écologiques prises à cette échelle ont des chances de faire tache d’huile dans le monde entier. Enfin ce sont des élections où les électeurs ne sont pas pris en otage dans un match droite-gauche et sommés de choisir leur camp. Ils sont donc plus libres dans cette élection d’exprimer leurs envies et non leur haine du camp adverse. Croyez-moi, les élections européennes ne sont pas un scrutin où l’on doit exprimer ses rancœurs et ses frustrations mais au contraire choisir son avenir et son modèle de société.

Vous avez écrit un livre sur le réchauffement climatique. La part de l’action de l’homme est de plus en plus critiqué… Qui a raison ?
De toute façon le réchauffement existe, il est difficile de contester le thermomètre, et qu’il soit anthropique ou naturel il faut prendre des mesures pour le ralentir et assurer l’avenir de l’humanité…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.