Parti Socialiste; Ils roulent pour Delanoë

A quelques semaines de l’ouverture du Congrès national du PS, la majorité des dirigeants socialistes de Midi-Pyrénées s’est ralliée à la motion Bertrand Delanoë.
 


Ils étaient tous ou presque réunis à la permanence parlementaire de Kader Arif, premier secrétaire du PS 31, vendredi dernier pour annoncer leur soutien au maire de Paris Bertrand Delanoë : le député-maire Pierre Cohen, le député tarnais Jacques Valax, l’ancien ministre Jean Glavany, le conseiller régional Christian Manric, le maire de Rodez Christian Teyssèdre. Il faut ajouter à cette liste le sénateur ariégeois Jean-Pierre Bel et le président du Conseil Général Pierre Izard. Ce ne sont pas moins de sept premiers secrétaires fédéraux sur huit qui ont choisi de défendre la motion Delanoë au prochain Congrès national du PS les 14, 15 et 16 novembre. Un Congrès que Kader Arif veut déterminant : «La priorité est de servir les Français sans nier le contexte international, européen et national. Il faut que le PS soit en capacité demain de préparer un véritable projet et d’incarner une opposition.»

 


Et le salut viendrait donc de l’actuel maire de Paris, même si les soutiens à Bertrand Delanoë ne veulent pas entrer dans des polémiques sur les autres candidats : «Nous ne voulons pas dire de mal des autres socialistes et ne pas écouter les pronostics», déclare Jean Glavany. «Il faut une majorité, un projet et un leader. 2012 ne sera réussi que si le Congrès débouche sur une voix cohérente et disciplinée.» Selon les leaders socialistes de la région, la motion Delanoë se démarque sur trois points des autres candidatures : «Nous avons la volonté que le parti reste celui des militants. Concernant la stratégie d’alliances, nous prônons le rassemblement de la gauche sans le centre. Enfin, nous voulons conjuguer ambition sociale et réussite économique.»

 


La motion Delanoë s’inscrit dans l’héritage de Lionel Jospin qui, même s’il n’était pas présent vendredi à Toulouse, représente «un accompagnateur riche et talentueux» selon Kader Arif. Pour Pierre Cohen, l’ombre de l’ancien Premier ministre ne représente pas un handicap : «Jospin est inscrit dans notre histoire. Son gouvernement représente des années de qualité de débats à l’Assemblée et de défense des valeurs de gauche, bien plus que sous l’ère Mitterrand.» Pour remercier les soutiens de la région et défendre sa motion, Bertrand Delanoë sera présent à Toulouse le 24 octobre prochain. D’ici là, d’autres socialistes de Midi-Pyrénées se seront peut-être positionnés, à l’image du fabiusien Martin Malvy…

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.