Oncopole : Toulouse favorise les transports en commun

Oncopole DR

Alors que l’Oncopole accueille ses premiers patients et salariés, dix ans après son lancement, le maire toulousain Jean-Luc Moudenc a pris la décision d’engager une « grande réflexion sur la politique de transport du site » lors d’une conférence de presse, ce mardi 9 décembre au matin. Retour.

Par Myriam Balavoine

C’était le thème annoncé de la conférence de presse tenue par Jean-Luc Moudenc ce mardi 9 décembre : « Oncopole : une grande réflexion engagée sur la politique de transport ». Dix ans après le lancement du campus à côté de l’Hôpital Marchand, l’Oncopole accueille aujourd’hui patients et salariés de l’Institut Universitaire du cancer de Toulouse-Oncopole (IUCT-O) et de son Centre de Recherche en Cancérologie de Toulouse (CRCT). Depuis le 3 novembre, Tisséo-SMTC propose une nouvelle desserte pour le site, et ce, sept jours sur sept « dans le but de répondre à l’enjeu relatif de la montée en puissance du campus » (plus de 1500 salariés supplémentaire en 2014).

C’est dans ce cadre que Tisséo a modifié les lignes 11 et 52 qui desservent désormais le cœur du site avec une fréquence de rotation de dix minutes aux heures de pointe, la ligne 11 circulant même le dimanche. Un accès facilité pour les visites auprès des patients hospitalisés et les quelques 4.000 salariés, dont un tiers habite à Toulouse. En un peu plus d’un mois, la desserte a enregistré 500 validations supplémentaires par jour.

Décision en 2015

Mais Tisséo et la mairie veulent aller plus loin et lanceront, en janvier 2015, un plan de déplacement interentreprises. Pour Daniel Rougé, adjoint en charge de la Santé et de l’Oncopole, « des réponses collectives et efficaces doivent être présentées : transports en commun, covoiturage… pour les trajets domicile-travail et également pour les déplacements interentreprises ». Les différents acteurs du campus et de son aménagement s’accordent sur l’objectif de répondre aux besoins immédiats des usagers du site.

« Il est indispensable de renforcer l’offre mise en œuvre pour ce bassin d’emploi qu’est l’Oncopole. Une campagne de sensibilisation sur les modes de transports alternatifs, auprès des différents usagers du site, va être lancée par Tisséo-SMTC. Nous poursuivons également la réflexion pour le développement de nouvelles dessertes, comme les lignes Linéo, par exemple… », a indiqué Jean Michel Lattes, adjoint au maire en charge des transports et président de Tisséo-SMTC. Ce dernier propose également de prolonger l’Aérotram devant relier Oncopole et Rangueil, jusqu’à Basso-Cambo, ce qui permettrait de transporter 20.000 usagers par jour. Verdict et décision fin 2015.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.