Office de la Tranquillité; Démarrage fin septembre

C’était une proposition du candidat Cohen aux dernières municipales. L’Office de la Tranquillité va vraisemblablement voir le jour fin septembre.

 
Ce service municipal, disponible 24h/24h grâce à un standard téléphonique mais dont le numéro d’appel à quatre chiffres, reste à déterminer, doit répondre à toutes les personnes victimes de conflits, de nuisances sonores, de dégradations ou autres incivilités. «A partir de 18h, les citoyens n’ont plus aucune réponse à leurs problèmes, hormis les services d’urgence, saturés, ou des organismes type SOS Amitié, les uns et les autres étant peu à même de répondre aux questions d’incivilité. Il ne s’agit pas de se substituer aux services publics existants, mais d’en être le relais.» avaient précisé voilà quelques mois le maire de Toulouse, Pierre Cohen.

De “chuteurs”, l’on chuchote…

Mais ce n’est pas tout. Cet Office de la Tranquillité doit s’accompagner sur le terrain de la mise en place de “chuteurs” : des personnes chargées la nuit d’arpenter la voie publique et de demander aux fêtards de faire silence par cette simple interjection. Plutôt que la ré- pression à tous prix, Jean-Pierre Havrin, adjoint municipal à la prévention et à la sécurité, dit vouloir faire appel à l’intelligence et à l’humour dans une lutte contre le bruit, en panne de solutions. Pour l’heure, ces “chuteurs” qui existeraient par ailleurs à Lausanne, n’en sont pour Toulouse qu’au stade de projet. Quel sera leur profil ? Seront-ils étudiants ? Plus âgés ? Quel statut auront-ils ? Combien seront-ils ? «Nous sommes encore en négociation avec les patrons de boîtes de nuit et les débitants de boissons. Ce que l’on peut dire c’est que ces médiateurs se situeront entre les videurs et les policiers», confie l’adjoint au maire qui tient véritablement à son idée et espère bien qu’elle fera son chemin.

Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.