Nouveaux célibataires toulousains, la vie en rose

La Ville rose est connue pour sa chaleur et sa convivialité. Un bon point pour les célibataires toulousains, friands de nouvelles rencontres. A bas l’ennui et la morosité ! Aujourd’hui, le célibat n’est plus ce qu’il était. Les speed-datings impersonnels se raréfient, les rencontres virtuelles font moins d’adeptes. Ce qui compte, c’est la rencontre. Le vrai, le naturel et le sympathique. Tour d’horizon des nouveaux concepts originaux adoptés par les Toulousains, célibataires et bien dans leur peau.

Rencontres gourmandes

Mauvais programme télé, temps grisâtre, reprise de la semaine de travail, il en faut parfois peu au blues du dimanche soir pour s’immiscer dans les foyers toulousains. Pour lutter contre l’ennui, certains célibataires ont trouvé la solution : les Pastas Party. Un concept simple – se retrouver librement autour d’un plat de pâtes et d’un bon verre de vin dans un restaurant privatisé pour l’occasion – qui a séduit un grand nombre de Toulousains. «Sur les 60 000 «Pastas Friends» inscrits en France, 3 000 sont Toulousains», explique Héloïse Dion, à l’origine du concept, implanté à Toulouse depuis 2009. «La Ville rose est connue pour sa convivialité et l’esprit bon vivant qui y règnent. Les Pastas Party collaient très bien à l’esprit des Toulousains, ce qui explique, je pense, que le succès ait été si rapide». Et les résultats sont là. En couple depuis avril 2011, Céline et Jérôme, deux Pastas Friends toulousains, ont appris à se connaître au fil des Pastas Party, et filent aujourd’hui le parfait amour.

Dîners informels

Ils sont heureux, ils sont amis, et plus si affinités. Ce sont les Happy Friends. Basé à Nantes, le site internet s’est récemment élargi aux célibataires toulousains. Ils sont aujourd’hui 900 à participer, dans la Ville rose, à des dîners rencontres, «conviviaux, loin du virtuel et en toute sécurité», s’enchante Jean-Pierre, fondateur des Happy Friends. Moyennant une cotisation mensuelle de 5 euros, les loisirs proposés par le site, qui n’ont pas encore été expérimentés par les Happy Friends toulousains, sont divers et variés. Petit plus : les Happy Friends bénéficient de remises aux séjours et vacances pour célibataires proposés par les partenaires du site, comme envie-de-tunisie.com ou célibacamp.com.

Voyages dépaysants

Célibataire à Toulouse ne signifie pas vacances moroses. Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups, en profitant de cette agréable période pour faire la connaissance d’une sympathique moitié. C’est pour répondre à cette demande particulière que de nombreux sites internet ont envisagé leurs offres. L’agence de voyage en ligne, CPN (Cpournous.com), en a même fait son leitmotiv. Dédié aux célibataires modernes, exigeants et actifs, le site regroupe, depuis plus de huit ans, des farfelus, avides de rencontres, lors de séjours à plusieurs et à la couleur de leurs envies. Entre séjours festifs et escapades sportives, les célibataires toulousains trouveront leur bonheur.

Soirées décomplexées

Qui dit Toulouse, dit Garonne ! Et si notre fleuve était un nouveau lieu de rencontres, amoureuses ou amicales ? C’est le filon développé par «Les soirs sur la Garonne», un concept toulousain. Il fallait y penser. Le premier jeudi de chaque mois, un apéro dans un bar, toujours différent. Un concept simple, qui s’avère efficace. Aujourd’hui, près de 900 personnes adhèrent à ces nuits occitanes sur les réseaux sociaux. Les soirées sont annoncées sur le site, les inscrits peuvent même proposer des suggestions de bars. Des rencontres locales qui peuvent se transformer en coups de cœur amoureux. Célibataires toulousains, laissez-vous bercer par le flot envoûtant de la douce Garonne !

Rencontres enrichissantes

Revenir à la vie réelle. C’est le slogan du site internet Onvasortir.com. «Il s’agit d’un outil de mise en relation simple et efficace, disponible dans chaque pôle urbain (ndlr : Toulouse en fait partie)», explique Jérémy Routier, fondateur du site. L’esprit du site est simple : être amical et local. Car contrairement aux sites de rencontres amoureuses, OVS, comme le surnomment les internautes aguerris, n’est pas seulement fréquenté par les célibataires. C’est avant tout un site communautaire. Les activités, proposées en ligne par les «OVSiens», véritables viviers du site web, sont variées : conférences, restaurant, concerts, joggings… Il y en a pour tous les goûts ! Le seul hic pour les célibataires toulousains : pas de garantie de rencontrer un cœur à prendre.

 

Coup de foudre sur la toile

Publicités télévisées, affiches murales, ou annonces numériques… Depuis quelques années, les sites de rencontres pour célibataires envahissent notre quotidien. En couple ou seul, on a tous entendu parler d’eux, on connaît même leur nom par cœur. Les slogans rivalisent d’accroches, les publicitaires, d’imagination. Il y en a pour tous les goûts, même pour les «célibataires exigeants». Mais si le marché des célibataires 2.0 fait des émules, il ne stagne pas pour autant. Certains sites sortent leur épingle du jeu, et se spécialisent dans des domaines du célibat, parfois inexplorés. C’est le cas du site GeekMeMore, le «premier site de rencontre 100% geek». La logique est pertinente. Les geeks, ces passionnés d’informatique, seraient-ils prédisposés à conquérir le Graal de l’Amour derrière leur écran d’ordinateur ? Le concept restreint pourtant la sphère amoureuse des geeks et geekettes, et tend à stigmatiser cette population new technology.

Marché des cibles

Outre ces férus du net, les cibles sont diverses et variées. Ados, intellos, et même séniors, la recherche de lien social touche toutes les classes sociales et toutes les générations. Il suffit de trouver le bon filon, la nouvelle tendance. C’est sur la vague du girl power, que surfe le désormais célèbre, Adopteunmec.com. Des femmes actives, libres et indépendantes, qui cherchent l’amour, pas avec n’importe qui. Comme dans un magasin, elles font du lèche-vitrine sur le site et choisissent, au gré de leurs envies, les profils masculins qui les intéressent, eux-mêmes rassurés sur leurs charmes.

Depuis peu, de nouveaux sites plus spécifiques voient le jour. Le mélange est différent : célibat et foi. De la religion chrétienne (theotokos.com), à la religion musulmane (Mektoube.fr, InchAllah.com) en passant par le judaïsme (JDate, JDream), chaque religion est représentée, et les rencontres amoureuses entre pratiquants sont ainsi facilitées. Pour autant, les sites qui font le plus d’adeptes restent les sites généralistes, autrement plus ouverts. Meetic, l’un des plus importants de la toile, compte des milliers d’utilisateurs. D’après le site, les Midi-Pyrénéens représenteraient 5 % de ces internautes en mal d’amour.

 

Ariane Riou

 

 

Célibataires – Les lieux tendances de la Ville rose

Les Coulisses, bar lounge

Le J’go, restaurant authentique

La Villa Garonne, sur les bords du fleuve

Chez Authié, l’une des plus vieilles brasseries de Toulouse

 

 

 

 

 

 

 

.



UN COMMENTAIRE SUR Nouveaux célibataires toulousains, la vie en rose

  1. José dit :

    J’ai eu l’occasion de tester une pasta party en collaboration avec ce site : nice-people.be et je dois avouer que c’était super sympa. Au début, on a une appréhension car on ne connait pas forcément les gens puis cela viens naturellement … on discute, on apprends à se connaitre, des affinités se forment autour d’un succulent repas arrosé d’un bon verre de vin. C’est sympa quoi… au final on reviens au fondamental de la rencontre : cottoyer des gens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.