Musée des Transports et des Communications ; “Un train de rêve : le Capitole”

Jusqu’au 16 décembre prochain, le Musée des Transports et des Communications de Toulouse présente “Un train de rêve : le Capitole”. Une exposition exceptionnelle qui retrace la vie de la fameuse rame rouge, de 1967 à 1990.

 
C’est un voyage qui va sans nul doute rappeler bien des souvenirs à bon nombre de Toulousains. Un retour dans un passé pas si lointain, du temps où un train portait fièrement les couleurs de Toulouse. Pour sa deuxième exposition de l’année, le Musée des Transports et des Communications de Toulouse, sous la responsabilité de Marie-Madeleine Olivier, conservatrice du Musée, s’intéresse à l’histoire du célèbre train “Le Capitole”. Reconnaissable entre tous à sa couleur rouge qu’il revêt à partir de 1967,  (la rame est verte à ses débuts), il relie la ville rose à Paris jusqu’en 1990. «C’est un train mythique, de rêve, il a eu son époque de gloire. Composé uniquement de voitures de premières classes, il a été le premier à rouler en service commercial à 200km/h sur une partie de la ligne, à partir de 1967. Son temps de parcours a alors été ramené à 6 heures, contre 6h40 en 1962. Après les records du monde de vitesse sur rail dans les années 1954 et 1955, on peut dire que la SNCF, grâce à la persévérance de ses ingénieurs, a ouvert la porte à la grande vitesse, associant confort et sécurité sur rail» raconte le Toulousain Jacques Rolland, commissaire de l’exposition. Ce retraité du CNRS, membre de l’Institut de technologie, des Transports et des Communications (ITTC) est passionné par les chemins de fer depuis l’enfance : «Mon grand-père était conducteur de trains. A six ans, il a commencé à m’emmener régulièrement à la gare, sur les machines» se souvient-il.

 


Le Capitole n’est plus…

Insatiable sur le sujet, l’exposition qui s’articule autour des performances de la vapeur, de la traction électrique, du TGV et des lignes à grande vitesse, a vu le jour grâce à lui, puisqu’il en a fourni l’essentiel des illustrations, avec la participation de Claude Bouchet et Joseph Jauze, tous deux retraités et membres de l’ITTC : «C’est une histoire richement illustrée par une belle collection de clichés qui retrace l’existence de ce train de 1967 à 1990 avec deux variantes, à savoir, la rame rouge tractée par une motrice du type BB 9200 et une rame composée de voitures grand confort tractée par une motrice du type CC 6500» poursuit Jacques Rolland. Le public pourra également découvrir une vidéo de dizaine de minutes qui lui fera revivre le parcours du Capitole, mais aussi des passages en modélisme ferroviaire étoffés de la technologie d’aujourd’hui.
43 ans après son premier voyage, il ne reste rien du Capitole, si ce n’est une motrice visible au musée de la Cité du Train de Mulhouse. Jacques Rolland qui est également membre de l’association française des amis du Chemin de fer, déplore profondément la disparition de cette partie du patrimoine toulousain : «On aurait pu conserver sur Toulouse au moins un exemplaire d’une voiture du Capitole mais personne ne s’y est intéressé et aujourd’hui il n’en existe plus. C’est mon grand regret.» Et c’est bien en cela que l’exposition que présente jusqu’au 16 décembre prochain le Musée des Transports et des Communications de Toulouse, est unique, exceptionnelle. Un train, à ne pas manquer…

Claire Manaud

Tous les jeudis de 10h à 12h et de 14h à 16h.
Entrée gratuite
Musée des Transports et des Communications de Toulouse
93 avenue Jules Julien 31400 Toulouse
Tel : 05 61 55 02 10
ittc@orange.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.