Muret ; Gilles Escafit : « Il faut rapprocher les élus du peuple »

Gilles Escafit, chef d’entreprise reconnu, se lance dans la bataille des cantonales sur Muret. A 52 ans, ce membre du Parti Radical de Jean-Louis Borloo, nous explique les raisons de cet engagement.

 
Vous êtes candidat aux élections cantonales. Pour quelles raisons ?
Il est temps désormais de mettre un terme au système Izard. Depuis 45 ans, ce département vit avec la même majorité ! Ceci n’est pas sain… Ni pour le canton, ni pour notre département. La pluralité est aussi un signe fort de bonne démocratie. L’enjeu est uniquement local, que les électeurs ne l’oublient pas… Je souhaite aussi donner une autre image de l’élu local. Il faut rapprocher les élus du peuple. Tout le monde le dit, personne ne le fait !

Quels sont les points principaux de votre programme ?
J’en ai assez de ces campagnes avec des programmes que personne ne lit. J’ai axé ma réflexion sur six engagements clairs et réalisables : une écologie juste et mesurée, une transparence dans mon action (réunions publiques, site web), agir sur la question de la sécurité qui fait peur à tous les élus, le développement des transports car des communes sont aujourd’hui oubliées, réduction du train de vie du Conseil Général et une stabilisation de la fiscalité pour faire face à la crise.

 

Quelle est votre position sur la situation de la droite et du centre dans notre département ?
Je pose une question simple : Pouvons-nous nous permettre de vivre ces guerres intestines ? Respectons nos électeurs, tous ceux qui ne souhaitent plus que le PS continue à faire la pluie et le beau temps à tous les étages du département, de la région ou de nos agglos … Toutes les places sont à prendre pour le centre et la droite, il y a de la place pour tous, arrêtons tout cela ! Je souhaite devenir acteur de l’union de nos forces ! Nous devons reconquérir les territoires de notre département. Le reste viendra… Dans mon canton je tiens à signaler que j’ai le soutien de tous (UMP, Nouveau Centre, Alliance Centriste…), et je suis fier de défendre les couleurs de mon parti, le Parti Radical.

Que pensez-vous de vos adversaires ?
J’aimerais faire un sondage sur qui connaît le sortant M. Bertrand… De plus, la gauche est divisée et paye des divergences murétaines. Concernant le Front National, il se trompe d’élection en jouant la carte du national. Nous ne sommes pas encore en 2012 !

Quel message voudriez-vous adresser à vos électeurs ?
Je souhaite que les électeurs du canton de Muret se mettent enfin à respirer un “air d’ici”…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.