Municipales : Autopsie du premier débat télévisé

Peu de surprises dans ce premier débat télévisé entre les candidats de la prochaine élection municipale toulousaine. Mais pas tous … Car Pierre Cohen, Christine de Veyrac et Jean-Pierre Plancade n’étaient pas autour de la table de France 3 samedi dernier. Jean-Luc Moudenc a sonné la charge avec son dossier du moment, « nous proposons la réouverture du dossier de la deuxième rocade. » La réponse a été donnée par Antoine Maurice, le leader écologiste, tel un effet boomerang : « Les bouchons actuels sont le résultat de 40 ans de retard dans le développement des transports en commun dans notre agglomération, et Jean-Luc Moudenc en est largement responsable (…) Ce projet de deuxième rocade a été enterré car c’est une fausse bonne solution. » Comme souvent Serge Laroze a employé des mots forts pour aborder la thématique des transports : « Un candidat qui vous dirait, « votez pour moi car je vais régler le problème des bouchons et des transports », c’est de l’escroquerie. » Une attaque qui est une méthode au FN, l’objectif étant de renvoyer dos-à-dos tous les postulants au Capitole. Nous aurons noté un échange « chaud » entre Serge Laroze et Jean-Christophe Sellin sur la question du logement. Le candidat du Front National a joué la provocation, « nous sommes contre les réquisitions. Je pense par exemple à un Français d’Outre-Mer qui a laissé son appartement vide à Toulouse, et qui en rentrant y trouverait des gens à l’intérieur… Des roms par exemple ! » Un avis qui tranche avec celui de Jean-Christophe Sellin qui milite ouvertement pour les réquisitions, et qui soutient l’action du DAL (Droit au logement) qui n’a pas toujours des rapports tendres avec le maire Pierre Cohen : « Une municipalité de gauche, progressiste, n’a pas à avoir peur des associations et du mouvement social. Il faut donc l’application de la loi de réquisition. » Le dossier de la sécurité a été également au cœur de ce débat, fort bien orchestré par Patrick Noviello : « La sécurité sera ma priorité si les Toulousains me font confiance » a d’ailleurs clairement énoncé l’ancien maire Jean-Luc Moudenc, comme pour devancer le Front National de Serge Laroze sur cette question. « Il ne sert à rien de parler de l’insécurité quand on ne dit pas d’où elle vient… Elle vient du laxisme des gouvernements successifs de droite et de gauche » a répondu avec véhémence le candidat frontiste. Les deux candidats de droite ont eu un échange plus que vigoureux durant cette partie-là du débat, et notamment en abordant les attributions de la Police Municipale : « Ne racontez pas n’importe quoi », a adressé Jean-Luc Moudenc à son voisin de plateau. Jean-Christophe Sellin a profité de cet instant-là pour provoquer les candidats de l’UMP et du FN : « Il faut s’attaquer à tous les délinquants ! La grande délinquance c’est l’évasion fiscale. 60 milliards de fraude fiscale, voilà la vraie chasse à la délinquance ! Mais apparemment la droite et l’extrême-droite ne veulent pas s’attaquer à ces gens-là qui font partie de l’oligarchie. » La tête de liste EELV, Antoine Maurice, est sans doute plus apparue comme le plus posé sur ce dossier : « Nous croyons beaucoup à la médiation ; il y a des exemples qui marchent, notamment à Montreuil » a-t-il proposé. A la sortie de cet exercice télévisuel, peu de nouveautés… Les candidats sont apparus tels qu’on les connaissait. Moudenc et Maurice sont restés les plus sereins, Sellin est apparu parfois volcanique sur les sujets qui le passionnent (logement, sécurité) et Laroze a continué à surfer sur les thèmes qui font la montée de son parti… En attente d’un prochain débat qui permettra aussi au maire actuel de défendre son bilan et sa vision. Wait and see.

© Franck Alix/JT

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.