MoDem ; Ils claquent la porte !

Alors que certains spécialistes se posent sur les comptes du MoDem, dans le même temps ce sont des ténors régionaux du mouvement, ceux qui lui ont donné force et vigueur sur le terrain, qui désertent. Mais avant, ils dénoncent les méthodes d’un parti, d’une direction qui loin de jouer la transparence dans la manière d’imposer ses leaders, favorise le copinage de circonstance. Et notre région ne fait pas exception, au contraire. Après l’entourloupe des Municipales avec une liste qui n’avait pas l’assentiment des adhérents, voilà qu’il en est quasi de même pour ces régionales…

 
Avec des défections dans chaque département et donc des leaders du mouvement local… Carrément ! Dans le 65, ce sont quatre conseillers départementaux qui ont ainsi choisi de crier publiquement leur ras-le-bol avant de claquer définitivement la porte de leur parti. Eux, ce sont Alain Menvielle, Jean-Luc Laplagne, Éliane Pérus et Louisette Rollat qui n’ont pas eu assez de mots pour dénoncer son fonctionnement : «Nous démissionnons du MoDem 65, car nous déplorons l’é-cart entre les principes énoncés dans la charte éthique du MoDem et les pratiques quotidiennes du MoDem 65 et du MoDem national.» Voilà qui a le mérite d’être clair…
Mais c’est finalement Florence Denestebe (Ex Vice-Présidente du Mouvement Démocrate 34) qui exprime le mieux sa déconvenue par une lettre à François Bayrou, rendue publique aujourd’hui…

Adieu François… Je t’aimais bien tu sais !

«8 ans déjà que dans le même train, nous partageons le même chemin. 8 ans de soutien à nos valeurs, semés d’embûches et de succès… Présidentielles, Européennes. Pour l’UDF ou le MoDem, j’ai soutenu toutes tes campagnes. Régionales ou Municipales pour défendre les mêmes valeurs c’est avec une grande fierté que j’ai porté tes couleurs. Démocrate était notre Mouvement, Humaniste notre projet. En dépassant les clivages, nous rassemblions les suffrages, de droite, de gauche et du bon sens sans nous soucier des sondages. Depuis, il y eut nos échecs ! De petites phrases en abandon, tu t’es replié sur toi même. Un quarteron de généraux supplée pour le mieux aux carences sans remplacer tes absences et le manque flagrant de contacts avec tes bases militantes. Dans ta tour d’ivoire retranché, tu nous imposes de nouvelles têtes. La course à l’audience a pris le pas sur le programme. Nous confondons représentativité avec “Ferme aux célébrités”. Les castings people prennent le pas sur la programmatique et sur l’action militante.
De Jean-Marie Cavada à Jean-François Kahn, tu es gourmet de journalistes. Il manquait un Monsieur mé-téo…
Patrice Drevet s’en fera l’écho ! La France entière est la risée de nos virevoltes enflammées. Dans le Sud, le Rhône ou en Poitou… Notre tradition c’est le doute.
Les démocrates de toutes régions s’interrogent.
En Languedoc ce n’est pas mieux. Les Gaulois ont résisté ! A l’imposition de Drevet, les félons ont mal “voté” ! C’est là qu’interviennent les sondages ! Ceux en qui tu ne fais plus confiance quand ils prévoient notre déroute étaient il y a peu des alliés pour nous imposer tes idées. Aux prétextes hexogènes de notre échec, tu devrais chercher les raisons endogènes de cette décrue explicable ! Au fil des ans, le centriste est devenu “égo-centriste” ! Au fil des ans démocrate, tu es devenu autocrate ! Notre projet c’était toi et nous t’ouvrions la voie. Ton ambition, c’étaient nos voix et tu ne pensais qu’à toi. Puisqu’il n’est qu’entre tes mains, ton parti n’est plus le mien.
Je ne reconnais plus ta mission et sans regret je démissionne !
Adieu François… Je t’aimais bien tu sais !
Nous ne sommes plus sur le même chemin.
Et je prends le train qui est avant le tien…»

Florence Denestebe



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.