Midi-Pyrénées fait le choix de l’Economie Sociale et solidaire

malvy
M.Malvy a reçu Carole Delga pour parler ESS

En clôture du mois de l’Economie sociale et solidaire (ESS), une journée lui était consacrée ce lundi 1er décembre à l’Hôtel de Région. Les acteurs de l’ESS avaient pour but de décrypter les enjeux de la loi adoptée en juillet dernier autour de tables rondes et de témoignages.

Par Myriam Balavoine

« Une loi et des financements au service du développement territorial », c’était le thème de la journée consacrée à l’ESS organisée par la Région Midi-Pyrénées ce lundi. Près de 300 personnes étaient présentes pour discuter des enjeux de la loi sur l’ESS adoptée en juillet dernier. « L’ESS existait déjà il y a dix, mais elle était peu reconnue. La France est le 4ème pays à se doter d’une loi spécifique pour cette économie, et cette loi constitue une avancée majeure » s’est exprimé Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées. Et de préciser que « notre région est une de celles où l’économie sociale et solidaire est la plus développée ». En effet, elle représente 12 250 établissements employeurs, 114 000 salariés et 11,7% de l’emploi régional.

Choisir tout : l’économie, le social et le territorial.

« Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité. » C’est en citant le penseur Friedensreich Hundertwasser que Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire a entamé son discours. Ravie que l’ESS soit enfin reconnue « à sa juste valeur », Carole Delga rappelle que la loi du 31 juillet 2014 « prend en compte la diversité des formes des entreprises, pose un cadre juridique, une possibilité de développement et une réponse aux enjeux de ces acteurs. Elle est un pont entre les différentes manières d’entreprendre ».

Insistant notamment sur le phénomène SCOP, qui permet aux salariés de reprendre leur entreprise, les différents acteurs présents relèvent « les moyens financiers qu’on [leur] donne afin d’enclencher une nouvelle dynamique ». Un fonds d’investissement social (FISO) est prévu dans ce cadre et sera opérationnel début décembre, l’Etat soutenant ce secteur à hauteur de 20 millions d’euros. « Cet impact coopératif permettra aux créateurs d’entreprises de renforcer leurs fonds propres et leur laissera le temps de la prise en main » ajoute la secrétaire d’Etat pour qui « l’initiative locale fera rayonner le national ». Preuve que l’on peut allier économie et social, l’ESS s’affiche comme un nouveau modèle économique prometteur et mobilisateur pour la création d’activités et d’emplois, à fort ancrage territorial. « Que la révolution sociale et solidaire soit en marche », achève Carole Delga.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.