Midi-Pyrénées, c’est la santé !

L’observatoire de la santé en Midi-Pyrénées vient de publier son rapport 2009 sur le baromètre santé des habitants de Midi-Pyrénées. Cet organisme créé dans les années 80, a pour vocation de rassembler, d’analyser et valoriser les informations sanitaires et sociales de Midi-Pyrénées en les mettant à disposition des décideurs, des professionnels et du public. L’objectif est la mise en place de politiques de santé publiques efficaces.

 
Quelques chiffres

Avec ses 2.865.000 habitants début 2010, répartis en 22 % de moins de 20 ans, 52 % de 20 à 60 ans et 26 % de plus de 60 ans, nous sommes la 8ème région française en terme de peuplement. Une croissance démographique importante de plus de 20.000 nouveaux habitants par an, témoigne de son attrait et de son dynamisme. Plus d’un tiers de la population habite la métropole toulousaine, les deux autres tiers se répartissant entre le rural et les autres aires urbaines. On peut constater une forte disparité de densité démographique avec 900.000 individus regroupés dans la zone urbaine toulousaine qui a elle seule, capte la moitié des nouveaux arrivants contrastant avec des espaces ruraux ou montagneux très peu peuplés. Nous avons perdu en 10 ans environ 13 % d’agriculteurs et enregistré 42,5 % de cadres en plus. Avec 13 700 cas par an, le cancer, avec en vedette le cancer du poumon, est la première cause de mortalité avant les maladies cardiovasculaires. Néanmoins, c’est en MP que l’espérance de vie jusqu’à 65 ans est la meilleure après l’Île de France.

Vieillissement et pauvreté

Nous sommes au 5ème rang des régions ayant le plus de personnes âgées avec une forte concentration dans les départements les plus ruraux. Ce sont 370.000 personnes de moins de 65 ans qui vivent en dessous du seuil de pauvreté (871 €/mois). Si les zones rurales les plus reculées sont particulièrement marquées, certaines parties urbaines défavorisées de nos grandes cités, n’échappent pas au phénomène. Le vieillissement va se poursuivre en zone périphérique de Toulouse avec 30 à 40 % de personnes âgées de plus en pleine zone pavillonnaire par forcément adaptée à ces populations.

 

Mortalité violente

Le suicide notamment chez les femmes dans le Lot et en Aveyron avec 12,7 % est largement supérieur à la moyenne française de 8,3 %. Les accidents de la route dans le Gers, le Tarn et Garonne et l’Ariège est un phénomène inquiétant en regard des 3,8 % nationaux. Au-delà des comportements, l’infrastructure routière est sûrement un facteur aggravant.

La santé des jeunes

Même si à 88 % les moins de 20 ans s’estiment en bonne santé, on observe une propension à l’obésité liée à une baisse de l’activité physique et une tendance à l’usage répété d’alcool supérieur à la moyenne nationale. On dénote 1 100 tentatives de suicides par an pour les 15-24 ans.

 

Avis de citoyen

Cette étude met en lumière une disparité importante de la cartographie de santé dans les territoires. Pour les jeunes, la prévention, l’éducation, l’information doit être une priorité pour améliorer le bilan santé. Mais cela ne suffira pas, car l’alcool, le “joint” sont significatifs d’un malaise plus profond en terme de vision d’avenir. Peut-être serait-il plus performant de leur offrir des perspectives d’emploi en lieu et place de vouloir maintenir leurs parents en activité après 60 ans. Un vrai problème d’égalité se pose et se posera de plus en plus en matière d’accès aux soins. Il est moins risqué d’avoir un problème de santé à Toulouse qu’au fond de l’Ariège. Les fermetures d’unités de soins, la désertification des médecins en milieu rural, la difficulté du maintien à domicile des personnes âgées, l’augmentation programmée des maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson…) sont un vrai enjeu en matière de santé publique dans les 5 à 10 ans qui viennent. L’augmentation importante programmée des personnes âgées pose la question de l’accès aux EHPAD (Etablissements pour l’Hébergement des Personnes Agées Dépendantes) dont le prix de journée (60 €) est hors de portée de la bourse de la majorité des retraités. L’augmentation des cancers, pose la question globale de l’hygiène de vie. Bien se nourrir, faire du sport, consommer avec raison, autant de sujets sur lesquels, la Région a un rôle fondamental à jouer en favorisant le qualitatif. A la lumière de ce rapport, nul décideur ne peut ignorer la réalité des faits et surtout la vision des besoins de demain. Alors citoyens, lisez bien les programmes des candidats aux élections régionales et ne vous laissez pas séduire par les couleurs, le strass et les paillettes, soyez acteurs de notre futur.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.