Marthe Marti: « Une femme à la mairie, ce serait génial ! »

Cette Catalane de naissance aime passer les frontières. A l’âge de quatre ans, venue d’un village proche de Barcelone, elle arrive à Toulouse avec ses parents : « Ce fut difficile… Je ne parlais pas français au début, et nous étions regardés comme des immigrés. Dans les années 60, il y avait une autre immigration, et pourtant le discours du bouc émissaire était déjà d’actualité.» Mais Marthe, sociable de tempérament, tournée vers l’humain, s’intègre facilement avec le temps et entame des études de gestion qui lui permettront d’entrer au bureau d’études d’Airbus. Son époux, cardiologue libanais formé en France auprès notamment de Philippe Douste-Blazy à Purpan, décide de retourner en 1996 dans son pays. Marthe le suit, et fait alors la connaissance avec cet Etat du Proche-Orient : « Le Liban est un pays magnifique, avec une vraie richesse culturelle. Il y a tant de communautés qui vivent ensemble… » La guerre lui fait ensuite connaître le rapatriement par l’armée française, et la voici de retour en terres toulousaines. Durant la campagne présidentielle de 2007, le virus de la politique la gagne lors d’un meeting de François Bayrou : « J’ai été séduite par son discours, sa culture et sa clairvoyance. » Aujourd’hui, après une candidature aux dernières législatives, elle seconde Jean-Luc Lagleize à la tête de la fédération départementale du MoDem, et soutient la candidature de Christine de Veyrac dans la course au Capitole : « Une femme à la mairie, ce serait génial ! »

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.