Loisirs; Toulouse Plages fait des vagues

Pour la première fois depuis sa naissance en 2003, Toulouse Plages revient sur la Prairie des Filtres et investit le Quai de la Daurade. Succès populaire depuis son ouverture le 11 juillet, la manifestation ne fait pas l’unanimité chez les associations et riverains

 
Sur les pavés, la plage… A Toulouse, c’est devenu une tradition comme à Paris ou à Lille. Chaque été, la ville propose un espace de détente et de jeux pour petits et grands afin de se sentir en vacances sans pour autant partir sur la côte. Alors que pour sa 1ère édition en 2003, Toulouse Plages prenait ses quartiers Prairie des Filtres, elle avait dû remblayer son sable et déménager Parc des Expos les années suivantes afin d’éviter les foudres des riverains excédés par trop de manifestations et d’intrusion dans leur cadre de vie.
Or, pour 2009, la nouvelle municipalité a décidé de reprendre en régie l’organisation de l’événement et de lui redonner son emplacement d’origine, tout en proposant des nouveautés. Depuis le 11 juillet dernier et jusqu’au 30 août, Toulouse Plages est installée sur la Prairie des Filtres de 10h à 20h… et Quai de la Daurade de 9h30 à 19h30. «Se réapproprier la Garonne», tel est l’objectif de la mairie. Une décision qui n’a pas fait l’unanimité chez les associations de riverains : une pétition circulait déjà sur Internet il y a quelques semaines afin de déplacer la manifestation, faute de «concertation». «NON aux nuisances et à la destruction d’un espace vert», «NON à la monopolisation de la Prairie des Filtres par la multiplication des manifestations», «NON à la privation du poumon vert de Toulouse» pouvait-on lire dans le document. Les signataires demandaient même le déplacement de Toulouse Plages vers Sesquières ou La Ramée !

 

Moins de sable pour une plage verte

Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, par la voix d’Alain Ciekanski, refusait également un retour des vacanciers toulousains du côté de la Prairie des Filtres : «Sa perspective sur la Garonne, ses berges engazonnées et arborées, ses digues de terre cuite forment un ensemble remarquable et historique qu’il convient de protéger. Ce site magnifique et prestigieux de Toulouse doit rester majoritairement un lieu de détente et de calme. Les Toulousaines et les Toulousains doivent profiter gratuitement de sa beauté et de sa fraîcheur de plage verte naturelle, particulièrement en été.» Les élus toulousains ont semble-t-il entendu la grogne des associations et riverains puisque cette année, le sable n’investit plus les berges et reste réservé aux aires de jeux des tout petits et aux terrains de beach-sport. La majeure partie des activités est gratuite sur cette “plage verte” et un comité de suivi a été mis en place afin de rendre compte tous les 15 jours des améliorations à apporter.

 

« Problèmes d’hygiène et de sécurité »

20 000 utilisateurs ont été enregistrés lors des 5 premiers jours de la nouvelle formule alors que 75 000 visiteurs s’étaient déplacés sur l’ensemble de Toulouse Plages en 2008. «Des débuts prometteurs» pour le maire Pierre Cohen mais tout de même quelques bémols apportés par les riverains à l’occasion de la première réunion du comité de suivi la semaine dernière. Satisfaits de la situation Prairie des Filtres, le lieu n’accueillant plus de restaurants et n’étant plus accessible à partir de 20h, ils sont en revanche plus sceptiques pour la Daurade concernant les «problèmes d’hygiène et de sécurité.» L’adjoint aux sports François Briançon convient même sur son blog : «Le site est magnifique, c’est incontestable. Le site est dégradé, c’est aussi incontestable. Cette dégradation n’est que l’œuvre du comportement humain : tessons de bouteilles, capsules, papiers,… Le comportement de certains de nos concitoyens est navrant. Il est aussi stupide et profondément égoïste. Il suffirait d’un peu de civisme pour que ce site magnifique devienne exceptionnel.»
D’autant plus que la mairie envisage d’étendre le dispositif de Toulouse Plages l’année prochaine au Port Viguerie pour les activités sportives. En attendant, François Briançon espère repousser la fermeture de la Prairie des Filtres à 21h durant le mois d’août afin de répondre aux désirs des nombreux visiteurs. Un galet après l’autre, Toulouse Plages gagne du terrain. Qu’en sera-t-il du côté des riverains ?

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.