L’Interview décalée Patrick Jimena

D’ici quelques mois l’écologiste Patrick Jimena briguera la mairie de Colomiers lors des prochaines municipales. Dénonciateur d’un système consumériste, il appelle à la naissance d’un nouveau mouvement citoyen, conforme à ses convictions profondes, comme en témoigne notre interview décalée.

 

La phrase que vous ne supportez pas d’entendre ?

« Ils sont tous pourris !» L’actualité donne souvent de la matière à ce genre de propos. Mais il est souvent l’arbre qui cache la forêt de milliers de personnes qui s’engagent avec honnêteté et intégrité.
Quel est votre plus beau souvenir d’enfance ?

Mon grand-père était coiffeur à la Fourguette à Toulouse et écrivain. Un jour mes parents m’amenèrent chez lui. Je devais avoir 7 ou 8 ans. Trônait au centre de la pièce une cage à oiseaux. Ce jour-là après avoir coiffé la tête d’un de ses amis, il se mit à lire un poème sur la liberté. A la fin de sa lecture je lui dis : « Pourquoi tu ne libère pas le canari qui est dans la cage ? » Gêné, il se mit à faire couler une larme et me dit alors : « C’est pour mieux savoir l’importance de la liberté que nous oublions trop souvent lorsqu’elle est acquise.»

 

Votre plus grosse gaffe ?

Un jour dans un restaurant à Toulouse, lorsque j’avais 20 ans, j’avais commandé un steak tartare. Lorsque le serveur mit l’assiette devant mes yeux et au moment où un silence régnait dans toute la salle, je me suis exclamé : « Mais vous avez oublié de le cuire !»
Votre plus grande peur ?

Dans le désert, j’ai failli ne plus pouvoir sortir mon véhicule d’un champ de dunes dans le Sud de la Libye.

 

Votre plus belle expérience ?

Je pense que ce fut la création du festival Camino à Tournefeuille en 2006 et 2009, qui sensibilisa des milliers de personnes à la culture de la non-violence. J’aurais bien aimé le réaliser à Colomiers mais la Mairie n’en voulait pas. Merci donc au Maire de Tournefeuille qui osa cette belle aventure collective.

 

Quelle est votre émission TV préférée ?

J’aime les émissions où on a l’impression d’être moins bête lorsqu’elles se terminent comme « Les Dessous des cartes » sur Arte ou « Thalassa » sur France 3. J’aime les documentaires, les débats politiques.

 

Et celle que vous détestez ?

Je n’aime pas les pubs qui nous vendent un bonheur illusoire via l’obtention d’objets de plus en plus inutiles et destructeurs pour notre nature.
Qu’est-ce qui vous fait rire ?

J’adore Jamel Debbouze.
Le pire cadeau que vous ayez offert ?

 

J’ai dû, sans doute, décevoir mais je suis toujours tombé sur des personnes conciliantes. Quoi qu’il en soit j’aime faire plaisir en offrant des cadeaux.
Votre restaurant toulousain préféré ?

J’aime la cuisine méditerranéenne et j’avoue avoir un faible pour le restaurant « Saveurs BIO ».
Quelle est la chanson que vous aimez fredonner sous la douche ?

Mince ! Je ne fredonne pas sous la douche mais j’adore la chanson française, le reggae et les musiques du monde. Je joue de la guitare mais sans avoir étudié le solfège. J’ai appris dans mon quartier d’enfance à Colomiers en bas des immeubles.

 

Quel est votre gadget préféré ?

Mon téléphone portable. A la fois outil et asservissement !
Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

Je crois beaucoup plus à la fin de ce monde qu’à la fin du monde. Un monde qui détruit notre environnement et qui broie souvent l’humanité qui est en nous. C’est la raison pour laquelle, je m’empresse de participer à imaginer et créer d’autres perspectives pour changer le monde.

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.